Où vont les matières recyclables collectées dans le Grand Nord québécois?

Les communautés au Nunavik ont seulement une sorte de collecte de résidus porte à porte. (Matisse Harvey/Radio-Canada)
Pas de bac bleu ni de bac brun au Nunavik. Dans le Grand Nord, toutes les matières collectées à domicile sont brûlées sur un sol gelé dans un grand dépotoir à ciel ouvert appelé lieu d’enfouissement en milieu nordique (LEMN). Mais pourquoi ne sont-elles pas envoyées par avion dans un centre de tri?

Selon Aurore Courtieux-Boinot, conseillère en économie circulaire et gestion des matières résiduelles, l’empreinte environnementale de l’envoi serait trop importante. Elle nous apprend que même si l’idée plaît à certains, il serait trop difficile de rentabiliser les coûts de transport.

La conseillère en économie circulaire nous explique que, pour réduire la quantité de déchets et de matières recyclables, il faudrait arrêter d’envoyer des produits suremballés vers le nord ou envisager une loi pour interdire d’y transporter certains matériaux à usage unique.

Aurore Courtieux-Boinot aborde aussi d’autres solutions proposées par les communautés dans les dernières années pour pallier ce problème.

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.