Retour sur la course Nunavut Quest, qui préserve la tradition des chiens de traîneau au Canada

La course doit se terminer à Igloolik au cours des prochains jours. (Mark Long)
Sur l’île de Baffin, au Nunavut, la course de chiens de traîneau Nunavut Quest, un événement incontournable depuis 1999, a été annulée ces deux dernières années en raison de la COVID-19. Lundi dernier, 13 meneurs ont pris le départ de cette course tant attendue et espèrent mener leurs attelages d’Arctic Bay jusqu’à la ligne d’arrivée à Igloolik.

Vendredi, une des organisatrices, Tanya Haulli, a expliqué que les meneurs étaient restés au camp numéro 3 à cause de vents trop forts. Elle est basée à Igloolik, où les concurrents sont attendus au cours des prochains jours.

Je pensais qu’il y avait juste du vent, mais [mon mari] m’a dit que c’était un blizzard assez violent à ce moment-là.Tanya Haulli, coorganisatrice de la Nunavut Quest

La course se déroule sur 400 kilomètres, dans la toundra et sur la banquise, dans un climat arctique parfois rigoureux. Il n’y a aucune communauté sur le parcours, mais sept emplacements de campement sont répartis environ tous les 50 kilomètres.

Deux motoneiges sont autorisées à voyager avec chaque meneur pour l’aider en cas de pépin. L’ensemble de l’équipage, meneurs, accompagnateurs et organisateurs, campe au même endroit à la fin de chaque étape.

Vendredi, on comptait un abandon, parce que des chiens avaient rongé des harnais et des cordes.

Préserver la culture inuit

Niore Iqalukjuak est resté en contact avec certains des meneurs et des organisateurs depuis son foyer, à Arctic Bay. « Ça a été une lutte, même si c’est un peu plus facile que par le passé. »

Niore Iqalukjuak se réjouit que les choses se soient suffisamment apaisées avec la COVID-19 pour que les organisateurs reçoivent le feu vert. Pour lui, cette course est importante et permet de réunir à nouveau des familles et des amis après quelques années, pendant lesquelles certains ont perdu des êtres chers.

Je ne sais pas vraiment comment l’expliquer. C’est assez incroyable de regarder les gens se revoir en personne. Cela amène des gens d’autres communautés en ville qui ne se sont pas vus depuis un moment. Pour certains, c’est un voyage de guérison.Niore Iqalukjuak

De jeunes spectateurs au départ de la course Nunavut Quest à Arctic Bay, le 18 avril 2022 (Mark Long)

Tanya Haulli partage le sentiment de Niore Iqalukjuak. Le mari et le frère de l’organisatrice participent à la course. « C’est la première course de mon petit frère. Nous sommes très fiers de lui. »

« L’élevage de chiens est vraiment crucial et la course est un élément important pour garder cette tradition inuit en vie, explique Tanya Haulli. Beaucoup de participants sont assez jeunes et c’est formidable de les voir se réapproprier cette partie de leur culture. »

Le vainqueur de la course cette année recevra 20 000 $, tandis que les deuxième et troisième places gagneront respectivement 10 000 $ et 5000 $. Tous les autres qui terminent la course obtiendront 1000 $.

D’après les informations de CBC

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.