Au Canada, le rétablissement des vols entre le Nunavut et le Nunavik laisse entrevoir une sortie de pandémie

Un avion de la compagnie Canadian North à l’aéroport d’Iqaluit (Marc Godbout/Radio-Canada)
Depuis une semaine, les vols directs de la compagnie Canadian North sont rétablis entre Iqaluit, au Nunavut, et Kuujjuaq, au Nunavik, au grand bonheur des voyageurs et des exploitants touristiques.

Cette liaison aérienne était suspendue depuis deux ans en raison de la pandémie de COVID-19 et des restrictions sanitaires.

Les vols s’effectuent désormais deux fois par semaine, les mardis et jeudis, depuis le 14 avril. En partance d’Iqaluit, l’appareil fait escale à Kuujjuaq, pour finir sa course à Montréal. Le trajet en sens inverse est aussi possible, les mêmes jours.

Les vols s’effectuent à bord d’un Boeing 737-400.

« Nous sommes ravis de réintroduire ces vols que nous n’avons pas pu opérer au cours des deux dernières années en raison de la COVID-19. Maintenant que les restrictions sont assouplies partout au Canada et dans le Nord, la réintroduction de la route aérienne Iqaluit-Kuujjuaq-Montréal permettra de voyager plus facilement pour voir la famille et les amis dont nous avons désespérément besoin », affirmait le vice-président de Canadian North, Andrew Pope, dans un communiqué le mois dernier. 

« Tout au long de la pandémie, des clients nous ont dit qu’ils avaient hâte que cette route soit rétablie. Beaucoup de gens l’utilisent pour rendre visite à leur famille et à leurs amis dans l’Inuit Nunangat. Nous sommes optimistes quant à la demande pour ce service et nous surveillerons et apporterons des ajustements à l’avenir si nécessaire », ajoute dans un échange par courriel la responsable des communications de Canadian North, Annie Thomlinson.

Une quinzaine de passagers étaient à bord du premier vol, le 14 avril.

Plus tôt cet hiver, l’entreprise avait annoncé la mise en place d’une liaison estivale directe entre Iqaluit et Toronto, les vendredis et les dimanches, du 3 juin au 30 septembre.

Outre Montréal via Kuujjuaq, Edmonton, Ottawa et Yellowknife sont les autres grandes villes de l’extérieur du Nunavut qui sont reliées par des vols directs vers et depuis Iqaluit.

Ces vols apportent un vent d’espoir aux exploitants touristiques du Grand Nord, qui subissent de plein fouet les contrecoups de la crise sanitaire depuis environ deux ans.

« Le nombre de passagers a augmenté au cours des derniers mois avec l’élimination de la plupart des restrictions de voyage sur l’ensemble de notre réseau. Cela dit, le trafic reste inférieur de plus de 20 % aux niveaux d’avant la pandémie », indique Mme Thomlinson.

En 2020 et en 2021, le fédéral avait octroyé des dizaines de millions de dollars pour aider les transporteurs aériens des régions nordiques à assurer les services essentiels dans les communautés éloignées du Grand Nord.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.