2021, une année noire pour les décès au travail dans le Nord canadien

Markus Dyck est l’une des 15 personnes à avoir perdu la vie en travaillant dans les territoires l’année dernière. Il était biologiste spécialiste des ours polaires et a perdu la vie lorsque l’hélicoptère qui le transportait s’est écrasé au Nunavut. Deux autres personnes ont perdu la vie dans cet accident. (IUCN/Polar Bear Specialist Group)
Jeudi, le Canada observait le Jour du deuil national, qui rend hommage à des travailleurs morts, blessés ou tombés malades à cause de leur travail. En 2021, 15 personnes ont perdu la vie à la suite de blessures ou de maladies contractées sur leur lieu de travail dans le Grand Nord.

Une première version de ce texte mentionnait 14 décès. Or, la Commission de la sécurité et de l’indemnisation des travailleurs du Nunavut et des Territoires du Nord-Ouest a confirmé plus tard un décès supplémentaire lié à une blessure antérieure dans les T.N.-O., NDLR.

Selon un rapport de l’Association des commissions des accidents du travail au Canada (ACATC), cela faisait plus de 10 ans que les territoires n’avaient pas enregistré autant de décès reliés au travail.

« Je suis horrifiée », affirme Lorraine Rousseau, la vice-présidente de la région Nord de l’Alliance de la fonction publique du Canada.

Personne ne devrait avoir à aller au travail et se dire : « Est-ce le jour où je vais me blesser, être paralysé ou mourir? »Lorraine Rousseau, vice-présidente de la région Nord de l'Alliance de la fonction publique du Canada

Lorraine Rousseau est la vice-présidente de la région Nord de l’Alliance de la fonction publique du Canada. (AFPC)

Sur les 15 décès enregistrés l’année dernière, 7 sont survenus au Nunavut, 4 au Yukon et 4 aux Territoires du Nord-Ouest. Parmi les victimes, une majorité était des résidents du Nord.

Un chiffre élevé

La présidente et directrice de la Commission de la sécurité au travail et de l’indemnisation des travailleurs, Debbie Molloy, note que 2021 est « une année très inhabituelle » en matière de nombre de décès.

Selon les chiffres de l’ACATC, aux T.N.-O. et au Nunavut, où les données sont regroupées, il faut remonter à 2011 pour que ce chiffre soit supérieur à 7.

Cette année-là, trois écrasements d’appareils aériens avaient causé la mort de 14 personnes, dont la plupart travaillaient ou voyageaient dans le cadre du travail.

Au Yukon, depuis 1993, quatre années (1996, 2014, 2018 et 2021) sont associées à plus de 3 décès. En 2015, il n’y en a eu aucun.

Les chiffres indiqués dans une première version de l’article étaient tirés du rapport intitulé Statistiques nationales des accidents, maladies et décès professionnels de l’Association des commissions des accidents du travail au Canada (ACATC). Or, la Commission de la santé et de la sécurité au travail du Yukon a fourni des statistiques mises à jour à Radio-Canada après la publication. Le texte a été modifié pour en tenir compte, NDLR.

« Notre mandat, c’est d’avoir zéro décès. Tout chiffre au-dessus est trop élevé […] et nous savons que ce chiffre est atteignable », affirme Kurt Dieckmann, le directeur et président de la Commission de la santé et de la sécurité au travail du territoire.

Il précise aussi que les blessures ou les décès sur le lieu de travail ne font pas de discrimination et que toutes les industries et tous les genres peuvent être touchés.

Kurt Dieckmann, le directeur et président de la Commission de la santé et de la sécurité au travail du Yukon, pense que malgré les améliorations des dernières années, des progrès doivent encore être faits en matière de sécurité au travail. (Commission de la santé et de la sécurité au travail du territoire)

Brendan Hanley, le député fédéral du Yukon, affirme que le territoire est souvent l’un des endroits avec le plus haut taux de blessures et de mortalité associée aux blessures, notamment les blessures et les décès liés aux accidents de travail.

Il précise toutefois que ces données ne permettent pas d’affirmer qu’il y a plus d’accidents et de décès liés au travail au Yukon qu’ailleurs.

Sensibilisation à la sécurité sur le lieu de travail

Brendan Hanley soutient néanmoins que le taux élevé de décès enregistré l’année dernière peut être lié à plusieurs facteurs, en fonction des catégories de décès. Il mentionne notamment la consommation d’alcool et de drogues dures, qui a été plus importante que la moyenne.

Ronok Baroryee a été gravement blessé lors de son deuxième quart de travail pour Canadian North à l’aéroport de Yellowknife, il y a 10 ans. Il est décédé en 2021. (Avec la permission de Jolly Baroryee)

Le député du Yukon note néanmoins que la Commission de la santé et de la sécurité au travail a fait progresser les choses grâce à des campagnes de sensibilisation.

C’est ce que confirme Kurt Dieckmann.

Il y a 15 ou 20 ans, la gestion de la sécurité n’existait pas sur les lieux de travail. Aujourd’hui, il est encore nécessaire de travailler sur cette culture, mais on met beaucoup l’accent sur la sécurité.Kurt Dieckmann, directeur et président de la Commission de la santé et de la sécurité au travail du Yukon

Brendan Hanley croit que la pandémie a aussi pu jouer un rôle parce que de nombreux employés ont dû effectuer des heures supplémentaires pour compenser l’absence de leurs collègues malades. « Avec la pression de la pandémie, peut-être qu’il y avait moins de confiance sur le lieu de travail, et beaucoup plus de stress. »

Avec le retour des employés au travail après deux ans de restrictions et l’embauche de nouveaux professionnels, Brendan Hanley et Kurt Dieckmann affirment que les employeurs doivent accorder de l’importance à la formation aux protocoles de sécurité.

Kurt Dieckmann ajoute que la sécurité au travail doit devenir quelque chose de socialement accepté, comme le fait de porter une ceinture de sécurité dans une voiture.

« C’est très important de se rappeler que la sécurité sur le lieu de travail n’est pas quelque chose qui est en dehors du travail ou ajoutée au travail. Elle fait partie du travail. »

8 des 15 décès survenus en 2021 ont été rendus publics :

  • Markus Dyck, biologiste spécialiste des ours polaires, Steven Page, pilote d’hélicoptère, et Benton Davie, mécanicien d’hélicoptère, sont morts dans un écrasement d’hélicoptère près de Resolute Bay, au Nunavut;
  • Darrin Steigel, foreur contractuel, est mort dans un autre accident d’hélicoptère à la mine Hope Bay d’Agnico Eagle;
  • Michael Chinna est mort à la suite d’un accident survenu dans une centrale électrique des Territoires du Nord-Ouest;
  • Ronak Baroryee est mort des suites d’un accident survenu 10 ans plus tôt, au cours duquel il a été heurté par une hélice pendant une panne de courant à l’aéroport de Yellowknife;
  • Richard Matthew « Red » Cull est mort dans le renversement d’un bulldozer près de Dawson City, au Yukon;
  • Lori Schroeder, écologiste de la flore, a été tuée dans un accident de la route près de Watson Lake, au Yukon.

Avec des informations de Hilary Bird

 

Laureen Laboret, Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.