L’Agence américaine de protection de l’environnement défavorable à un important projet minier en Alaska

Des forages prospectifs en 2007 dans le cadre du projet de mine Pebble, près d’Iliamma, dans la région de la baie de Bristol, en Alaska (Al Grillo/AP)
L’administration Biden, par l’entremise de l’Agence de protection de l’environnement (EPA), vient de publier un règlement défavorable au projet de mine d’or et de cuivre Pebble, dans la baie de Bristol, située à proximité d’une importante pêcherie de saumon.

Dans un communiqué publié mercredi, l’EPA dit avoir conclu que « le déversement de matériaux d’extraction ou de remblayage associés à l’exploitation du gisement Pebble pourrait entraîner des effets négatifs inacceptables sur les zones de pêche au saumon dans certaines eaux du bassin versant de la baie de Bristol ».

Ce projet de mine, piloté par Northern Dynasty Minerals, fait la manchette en Alaska depuis une quinzaine d’années. L’industrie de la pêche de la région qui représente 2,2 milliards de dollars et 15 000 emplois et des groupes environnementalistes s’opposent farouchement à la construction de la mine.

En 2014, l’EPA, sous l’administration Obama, avait proposé des limites pour l’exploitation minière à grande échelle dans le bassin versant, citant des préoccupations environnementales. Mais cette proposition avait été annulée sous l’administration Trump.

Le projet minier a néanmoins dû faire face à d’autres obstacles réglementaires, fin 2020, quand le Corps des ingénieurs de l’armée américaine (le US Army Corps of Engineers) a refusé d’octroyer un permis pour la construction de la mine, à la suite de l’opposition de sénateurs républicains qui voulaient protéger l’industrie de la pêche. La compagnie minière a fait appel de cette décision.

Des manifestants qui s’opposent au projet de mine Pebble se font entendre à Juneau, en Alaska, à l’été 2019. (Becky Bohrer/AP)

« Un exemple d’impact négatif est la perte permanente de [13 km] de cours d’eau, ce qui entraînerait le déplacement, la blessure et la mort des poissons », explique l’EPA dans sa récente proposition de règlement. 

« La proposition tient compte des informations rendues disponibles depuis la proposition de l’Agence en 2014, y compris de nouvelles analyses scientifiques et le plan [de la compagnie minière]. »

La région abrite la plus grande pêcherie de saumon sockeye du monde et permet de nourrir les communautés autochtones de l’Alaska depuis des millénaires, rappelle l’EPA.

La Pebble Limited Partnership, propriété de Northern Dinasty Minerals, se dit très déçue de cette décision. Selon son directeur général, John Shively, les États-Unis devront alors se tourner vers d’autres pays pour s’approvisionner en minerais, qui n’ont pas les mêmes normes environnementales que les États-Unis. Cela, selon lui, va à l’encontre des objectifs environnementaux et énergétiques du gouvernement américain.

Le projet de règlement de l’EPA est soumis à des consultations publiques qui se dérouleront dans les prochaines semaines.

Avec les informations de Reuters

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.