Dans le Grand Nord canadien, Inuvik se prépare pour une saison touristique chargée

La ville d’Inuvik s’attend à recevoir de nombreux touristes cet été. D’ici là, ils devraient avoir accès au nouvel office du tourisme dont les travaux sont sur le point de se terminer. (Karli Zschogner/CBC)
Voyagistes et responsables du tourisme à Inuvik, dans les Territoires du Nord-Ouest, s’attendent à une augmentation des réservations cet été.

« En ce qui nous concerne, cela s’annonce bien. Nous recevons toutes sortes de demandes », explique Jackie Challis, la directrice du développement économique et du tourisme d’Inuvik.

« Ce mois-ci, j’ai reçu au moins deux ou trois appels par jour de personnes planifiant leur venue cet été. Ce ne sont pas que des personnes qui pensent venir, mais qui organisent la logistique de leur venue. »

La plupart des demandes viennent de personnes qui vivent dans le sud du Canada et qui souhaitent emprunter la route Dempster, affirme Mme Challis.

Jackie Challis, la directrice du développement économique et du tourisme de la ville d’Inuvik, reçoit beaucoup de demandes de futurs visiteurs. (Karli Zschogner/CBC)

De son côté, Parcs Canada dit aussi voir beaucoup d’intérêt pour des réservations dans certains de ses parcs éloignés de la région.

« Cela va être une année très chargée », croit Kyle Mustard, qui travaille pour l’agence et qui s’est rendu à un rassemblement sur le tourisme à Inuvik la semaine dernière.

Parcs Canada travaille sur la logistique pour faire venir des élèves du primaire d’Inuvik et de Tuktoyaktuk à l’événement Pingo Pride, prévu cette semaine, et dans les camps de jeunes en juin, qui ont tous dû être interrompus pendant deux ans en raison de la pandémie.

Rendre à la communauté

Si tout se passe comme prévu, un nouvel office de tourisme, l’Inuvik Welcome Center, sera ouvert en juin. En plus d’offrir des services aux visiteurs, il comprendra des bureaux et des espaces de vente au détail ainsi qu’un espace pour un marché arctique.

« Le tourisme à Inuvik ne devrait pas nécessairement être basé sur le fait d’attirer le plus de visiteurs possible. Cela doit avant tout soutenir la communauté sur les plans social, économique et culturel », explique Mme Challis, qui ajoute que la stratégie touristique de la Ville est d’utiliser la pratique comme outil pour le développement économique.

Kylik Kisoun Taylor, fondateur de Tundra North Tours, a déjà reçu tellement de réservations qu’il doit refuser des gens. (Karli Zschogner/CBC)

Kylik Kisoun Taylor, le créateur inuvialuit de l’entreprise Tundra North Tours, affirme qu’il a déjà accepté tellement de réservations qu’il a dû refuser des demandes. « Nous pourrions probablement arrêter de prendre des réservations aujourd’hui et nous aurions un super été. Nous ne prenons que ce que nous pouvons vraiment bien faire. »

M. Taylor mentionne que 90 % de ses employés sont des Autochtones de la région. Les emplois locaux sont une part importante du mandat de l’entreprise.

« Les bénéfices doivent revenir à la communauté, dit M. Taylor. S’il n’y a aucun bénéfice pour les personnes qui vivent ici, cela ne va jamais être [une pratique] durable. »

Au fil des ans, il s’est éloigné de ce qu’il appelle le « tourisme à l’emporte-pièce ». Il s’adresse désormais davantage aux visiteurs qui recherchent des séjours plus longs et plus immersifs. Parmi ses clients, il compte des écoles, des photographes et des groupes venus observer les oiseaux.

« Nous avons dit non à de nombreuses personnes qui veulent juste qu’un gars du coin leur fasse faire un tour en autobus. Je laisse cela à quelqu’un d’autre », ajoute Kylik Kisoun Taylor.

Avec les informations de Karli Zschogner

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.