Des organismes réclament une protection permanente de la réserve faunique de l’Arctique en Alaska

Selon des groupes autochtones et des organisations écologiques, les forages pétroliers dans la zone auront des conséquences catastrophiques sur la faune locale. (US Fish and Wildlife Service/Getty Images)
Depuis l’arrivée à la Maison-Blanche de Joe Biden, la nouvelle administration a mis à l’arrêt les activités pétrolières et gazières dans la réserve faunique nationale de l’Arctique en Alaska (ANWR). Des organisations écologiques pressent maintenant le gouvernement américain de rendre permanente la protection du refuge.

C’est le cas du Fonds mondial pour la nature (WWF), qui invite les politiques à prendre des mesures « audacieuses » pour protéger de façon pérenne la plaine côtière de la réserve faunique de l’Arctique.

« Le changement climatique modifie rapidement l’Arctique, et les conséquences sont planétaires. En plus de dégrader la géographie du territoire, le développement industriel porterait un coup dur aux écosystèmes », indique dans un communiqué l’organisme WWF.

« Le refuge abrite près de 200 espèces qui jouissent d’un écosystème intact, niché entre les sommets de la chaîne de Brooks en Alaska, au sud, et la mer de Beaufort, au nord. La plaine côtière possède l’une des plus fortes densités d’habitats de mise bas pour les ours polaires et les caribous. »Fonds mondial pour la nature

Le refuge s’étend sur 77 000 kilomètres carrés au nord de l’Alaska. Sous l’ère Trump, le Bureau américain de la gestion des terres proposait la vente de 4553 kilomètres carrés de terrain à des exploitants pétroliers et gaziers.

La Réserve faunique nationale de l’Arctique, en Alaska, fait l’objet d’une campagne de protection devant les autorités américaines depuis des décennies. (Tim Sloan/Getty Images)

Pour le WWF, l’exploitation énergétique demeure toujours un danger pour la région. Il rappelle qu’une société locale de l’Alaska cherche toujours à obtenir l’autorisation de procéder à des tests sismiques sur les terres qu’elle possède dans la plaine côtière du Refuge.

« Cela risque de perturber, voire de tuer, les ours polaires et leurs petits, et devrait causer des dégâts considérables à la fragile végétation de la toundra qui abrite la harde de caribous de la Porcupine et d’autres animaux sauvages », explique l’organisme.

Le sort de la réserve faunique de l’Arctique en Alaska fait l’objet de tergiversations politiques depuis des décennies. Les prospecteurs pensent que la plaine côtière isolée de la réserve faunique abrite des milliards de barils de pétrole. Les élus républicains de l’État font d’ailleurs pression depuis longtemps afin que cette région soit ouverte au développement.

« Personne ne sait exactement quelle quantité de pétrole se trouve sous la surface de la plaine côtière, mais il existe un fort consensus scientifique sur le fait qu’il devrait rester sous terre. »Fonds mondial pour la nature

Des groupes environnementalistes et des représentants autochtones des deux côtés de la frontière luttent toujours pour maintenir le statut de zone protégée à la réserve faunique. Les gouvernements du Canada et du Yukon ont récemment décidé de s’opposer à tout développement dans ce territoire. Le WWF demande aujourd’hui aux autorités américaines d’agir en cessant d’évaluer les dossiers du gouvernement précédent.

« Il est important de continuer à rappeler à l’administration que des mesures doivent être prises pour éliminer définitivement la menace des activités pétrolières et gazières dans la réserve une fois pour toutes », conclut l’organisme.

Ismaël Houdassine, Regard sur l'Arctique

Ismaël Houdassine, Regard sur l'Arctique

Ismaël Houdassine est diplômé en journalisme de l’Université de Montréal. Il commence sa carrière comme reporter et journaliste culturel. Avant de rejoindre l’équipe de Radio-Canada, il a collaboré durant plusieurs années pour plusieurs médias, notamment l’Agence QMI et Le HuffPost.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *