Les petits glaciers du Groenland fondent à un rythme accéléré 

Les glaciers périphériques, comme ceux-ci au sommet des montagnes dans l’est du Groenland, fondent à un rythme accéléré. (Jakob Lautrup/GEUS)
Une recherche montre que les petits glaciers « périphériques » du Groenland fondent plus vite que le reste de la calotte glaciaire en raison du réchauffement climatique et contribuent de façon importante à la hausse du niveau des mers.

Ces glaciers dits périphériques, situés sur le pourtour de l’île, représentent 4 % seulement de la masse de glace sur l’immense île arctique, mais contribuent à hauteur de 11 % environ au bilan de la fonte des glaces au Groenland, selon une équipe scientifique internationale menée par Shfaqat Abbas Khan, professeur à l’Institut national de l’espace de l’Université technique du Danemark.

L’article relatant les travaux est paru mi-juin dans la revue Geophysical Research Letters.

Les glaciers périphériques mesurent moins de 0,05 kilomètre carré chacun et ne sont pas alimentés en neige et en glace par la calotte glaciaire qui recouvre tout le centre du Groenland. Ils ont aussi été moins étudiés que cette dernière, selon les chercheurs.

Pour leur étude, ils ont utilisé des images satellites allant de 2003 à 2021.

Ils ont trouvé que la perte de masse des glaciers périphériques du Groenland est passée de 27,2 milliards de tonnes par an durant la période 2003-2009 à 42,3 milliards de tonnes par an de 2018 à 2021.

De plus, le rythme de fonte des glaciers périphériques les plus au nord du Groenland a été multiplié par quatre de 2003 à 2021.

Les glaciers périphériques sont représentés en couleur sur cette carte du Groenland. (Khan et al., Geophysical Research Letters)

« La perte de glace de ces petits glaciers se produit parce qu’ils sont plus sensibles aux changements de température en cours et fondent donc plus rapidement que nous ne le voyons dans de nombreux autres endroits de l’Arctique », affirme M. Khan dans un communiqué.

« On voit qu’il y a une nette augmentation de la fonte des glaciers dans le nord du Groenland. Cela montre que les masses de glace au Groenland sont très instables et qu’elles contribuent considérablement à l’élévation globale du niveau de la mer », poursuit-il.

Cela est inquiétant, mais on pouvait s’y attendre, car ce sont ces régions de l’Arctique qui ont connu les plus fortes hausses de température sur la planète au cours des 20 dernières années, mentionne le chercheur. On sait en effet que l’Arctique se réchauffe à un rythme trois fois plus grand que l’ensemble de la planète.

« C’est assez surprenant de voir à quel point la fonte des glaciers dans l’extrême nord du Groenland s’est accélérée ces dernières années et c’est encore un autre indicateur des changements dramatiques qui se produisent dans l’Arctique », affirme pour sa part le coauteur de l’étude Jonathan Bamber, professeur de glaciologie à l’Université de Bristol.

La fonte des glaces s’effectue de façon inégale selon les régions de l’île. Par exemple, les petits glaciers de l’Est ont moins fondu que les autres ces dernières années, probablement parce que les précipitations ont été plus abondantes dans cette région. 

Beaucoup d’attention a été portée à la fonte de la calotte glaciaire, mais il est aussi important de surveiller ces petits glaciers pour mieux comprendre l’impact des changements climatiques et estimer les volumes d’eau qui s’ajoutent à l’océan, selon les chercheurs.

Les petits glaciers périphériques joueront sans doute un rôle important dans la perte de glace au Groenland dans les décennies à venir, concluent les scientifiques.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.