Les Américains commencent à importer nos médicaments. Plus de pénuries en vue

Share

Nous allons cette semaine mesurer l’impact sur les Canadiens de la nouvelle politique américaine de Donald Trump qui consiste à exporter dans son pays nos médicaments.

Les États-Unis ont les prix des médicaments les plus élevés du monde et une importation de médicaments canadiens serait moins coûteuse. Des experts affirment que cela pose des risques à l’approvisionnement au Canada. Notre invité est Bertrand Bolduc, président de l’Ordre des pharmaciens du Québec.

Écoutez ou regardez Tam-Tam Canada du vendredi 8 novembre 2019 – 36:03
Écoutez

Découvrez nos archives sur le même sujet

L’importation par les Américains de médicaments canadiens causera des pénuries
Des experts affirment que l’importation de médicaments canadiens par les États-Unis pose des risques à l’approvisionnement au Canada. Rappelons que le département américain de la Santé et des Services sociaux a déjà commencé à prendre des mesures pour permettre aux États et aux pharmaciens d’importer certains médicaments du Canada.

Le prix des médicaments au Canada s’immisce dans la course à la présidence des États-Unis
Lorsque Bernie Sanders, l’un des candidats à l’investiture du Parti démocrate, s’est présenté dans une pharmacie canadienne accompagné d’Américains souffrant de diabète, il voulait marquer un point : l’insuline coûte beaucoup moins cher au Canada qu’aux États-Unis. Cette mise en scène politique pourrait cependant créer une pénurie de médicaments au Canada.

Pénurie de médicaments contre le cancer au Canada : Ottawa suit le dossier
Au centre des problèmes de pénurie, il y a trois médicaments génériques administrés par voie intraveineuse : l’étoposide, la vinorelbine et la leucovorine. Des oncologues du pays se plaignent de ne plus en trouver en quantité adéquate pour traiter leurs patients. Le bureau de la ministre fédérale de la Santé affirme surveiller de près la situation.

Toujours aucune solution permanente à la pénurie nationale de médicaments contre le cancer
Les médecins spécialistes du cancer au Canada réclament une solution permanente à la pénurie à l’échelle nationale de trois médicaments de chimiothérapie. Ces oncologues affirment que ces pénuries sont de plus en plus fréquentes au Canada, et ils disent s’inquiéter du jour où ils pourraient être à court d’options de traitement pour leurs patients.

Médicaments : un bon système de base passe par un régime universel public au Canada
C’est ce qu’affirme Marc-André Gagnon, spécialiste en politiques publiques dans le secteur pharmaceutique. Il fait partie d’un groupe de plus de 1200 experts qui réclame qu’Ottawa mette en place un régime universel public d’assurance médicaments afin d’en contrôler les coûts et la disponibilité. 10 % des Canadiens ne remplissent pas leur prescription faute d’argent.

Régime public d’assurance médicaments?
Au 1er janvier 2022, un régime public d’assurance médicaments devrait être mis en œuvre au pays, en collaboration avec les provinces et les territoires. Un régime collectif présente des avantages pour ce qui est des coûts aussi bien pour l’État que pour la population, soutient Daniel Boyer, le président de la Fédération des travailleuses et travailleurs du Québec (FTQ).

Médicaments sur ordonnance coupés en deux pour durer plus, car trop chers
C’est ce à quoi sont astreints plusieurs Canadiens, à cause de l’absence d’un régime d’assurance médicaments national, souligne la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC, au terme d’une consultation nationale. C’est au gouvernement fédéral qu’incombe la responsabilité d’agir dans ce dossier, soutiennent 88 % des personnes sondées.

Le meilleur de la semaine en images

Share
Catégories : International, Politique, Santé
Mots-clés : , , , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

*