Nord canadien : Un investissement pour moderniser un système hydroélectrique aux Territoires du Nord-Ouest

Share
Le système sur la rivière Snare comprend quatre centrales hydroélectriques. (Northwest Territories Power Corporation)
Les gouvernements fédéral et territorial ont annoncé un investissement de 24,6 millions de dollars pour améliorer des génératrices de la centrale hydroélectrique de Snare Forks, dans les Territoires du Nord-Ouest, dans le Nord canadien.

Située à environ 140 kilomètres au nord de la Yellowknife, la capitale territoriale, la centrale hydroélectrique Snare Forks fait partie du système hydroélectrique Snare qui alimente Yellowknife, Ndilo, Behchoko et Detah. Le système sur la rivière Snare comprend quatre centrales hydroélectriques.

Réduire le recours au diesel

Le directeur des activités hydroélectriques de la Northwest Territories Power Corporation (NTPC), Colin Steed, estime que les installations de Snare Forks nécessitent des réparations majeures, en particulier depuis la panne d’une génératrice le mois dernier.

À chaque panne imprévue, le système électrique doit fonctionner à l’aide d’une génératrice au diesel, ce qui entraîne des coûts environnementaux et économiques plus élevés. Le diesel doit aussi être utilisé lorsque la demande en énergie est à son maximum pendant l’hiver.

Les travaux d’amélioration à Snare Lake doivent permettre d’éviter les arrêts imprévus et pourraient, selon Colin Steed, augmenter la capacité énergétique de la turbine.

« Ces générateurs sont chacun capables de fournir 4,5 mégawatts de service en continu, donc neuf mégawatts d’énergie hydroélectrique, explique-t-il. Cela remplace beaucoup de diesel et beaucoup de gaz à effet de serre. »

Des travailleurs sont déjà sur place pour effectuer les travaux de réparations de la génératrice endommagés. Colin Steed estime que cela pourrait prendre de six à huit mois, il est incertain combien de temps pourrait prendre les travaux d’amélioration.

Share
Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *