Un financement de 40 millions pour un projet éolien dans l’Arctique canadien

Share
Le parc éolien sera construit sur le site de High Point à quelques kilomètres de l’aéroport d’Inuvik. (Yvon Thériault/Radio-Canada)
Le vent viendra un jour alimenter en énergie la municipalité d’Inuvik aux Territoires du Nord-Ouest, dans le Nord canadien. Les gouvernements fédéral et territorial ont annoncé mardi un financement de 40 millions de dollars pour la mise au point du premier projet d’énergie éolienne au nord du cercle arctique.

Inuvik est la collectivité des T.N-O. la plus dépendante au diesel pour sa production énergétique. Environ 60 % de son électricité provient du diesel et 40 % du gaz naturel.

La mise en place d’un parc éolien devrait couper la production d’électricité au diesel de moitié et réduire les émissions de gaz à effet de serre de 6500 tonnes par année, selon le gouvernement fédéral.

L’argent servira à la construction d’une route d’accès de 5 kilomètres vers le site de High Point où sera construit le parc éolien. Il permettra aussi d’installer des éoliennes et une mise au point du système de stockage pour la production d’énergie lorsqu’il y a moins de vent.

Le site de High Point, près de l’aéroport à l’extérieur de la municipalité a été identifié lors d’une étude de faisabilité. La vitesse des vents y est de 6,81 mètres par seconde à 74 mètres au-dessus du sol.

L’annonce de financement n’est pas venue avec un échéancier précis, mais c’est la concrétisation du projet qui sera construit dans les prochaines années.

« C’est une excellente occasion pour être innovateur », estime la nouvelle mairesse d’Inuvik, Natasha Kulikowski, qui espère que le parc éolien permettra de réduire les hauts coûts de l’électricité dans la région.

Natasha Kulikowski a été élue mairesse d’Inuvik en octobre 2018. (Gabriela Panza-Beltrandi/Radio-Canada)

« Chaque fois que nous avons de nouvelles opportunités de réduire ces coûts, il est important de les exploiter », dit-elle.

Réduire les émissions de GES

Le ministre de l’Infrastructure et des Collectivités, François-Philippe Champagne, qualifie le projet de porteur d’avenir. Il estime que ça démontre bien la voie à suivre que veut prendre son gouvernement.

« Il y a des besoins énergétiques importants dans le Nord et on le voit qu’Inuvik est en pleine transformation au niveau du tourisme […], explique-t-il. Donc pour moi d’assurer l’avenir énergétique du Nord c’est une priorité, de réduire les gaz à effet de serre, je pense que ça correspond aux valeurs des Canadiens et Canadiennes, mais en plus ça va permettre indirectement la création d’emplois. »

« Imaginez si Inuvik était reconnu comme une des premières villes dans le cercle polaire qui génère son énergie à l’énergie renouvelable, ça permet toutes sortes de choses. »

François-Philippe Champagne, ministre de l’Infrastructure et des Collectivités

La directrice des opérations pour la Inuvialuit Regional Corporation (l’organisation représentant les Inuits de l’ouest de l’Arctique canadien), Lucy Kuptana, se réjouit aussi de la nouvelle, mais elle rappelle qu’Inuvik n’est pas la seule communauté dépendante au diesel.

« Nous avons beaucoup de communautés isolées ou éloignées, comme Ulukhaktok, Sachs Harbour, Paulatuk et Tuktoyaktuk qui fonctionnent avec un générateur au diesel depuis au mois 50 ans », explique-t-elle. « Nous devons penser de façon plus novatrice et cette annonce en est un bon exemple. »

Lucy Kuptana est la directrice des opérations pour la Inuvialuit Regional Corporation. (Gabriela Panza-Beltrandi/Radio-Canada)

Le projet d’énergie éolienne est dans les plans de la municipalité d’Inuvik et du gouvernement ténois depuis quelques années.

Le gouvernement en a même fait un élément clé de sa stratégie pour réduire ses émissions de carbone de 30 % d’ici 2030, par rapport aux niveaux de 2005.

Les 30 millions de dollars du fédéral sont la première contribution provenant d’un nouveau fonds de 400 millions de dollars pour promouvoir la sécurité énergétique dans les territoires.

Share
Mario De Ciccio, Radio-Canada

Mario De Ciccio, Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *