Nord canadien : agrandir une centrale hydroélectrique pour l’exportation, un projet viable?

Share
Des pylônes de Manitoba Hydro, dans la province du Manitoba, en mai 2018. Manitoba Hydro a annoncé la signature d’une lettre d’intention pour la vente d’hydroélectricité à la province voisine de la Saskatchewan. Cette entente compromet la rentabilité du projet d’agrandissement de la centrale hydroélectrique Taltson, aux Territoires du Nord-Ouest, qui servirait notamment à alimenter en électricité les provinces des Prairies. (John Woods/La Presse canadienne)
Les provinces du Manitoba et de la Saskatchewan, dans les Prairies, signent un important contrat sur la vente d’hydroélectricité.

La vente d’hydroélectricité à l’Alberta (Prairies) et à la Saskatchewan, sur laquelle le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest (Nord canadien) compte beaucoup pour rentabiliser son projet d’agrandissement de la centrale hydroélectrique Taltson, semble fortement compromise.

Le 29 octobre, Manitoba Hydro a annoncé la signature d’une lettre d’intention pour la vente de 215 mégawatts à la Saskatchewan à partir de 2022. Selon le communiqué émis par la société d’État, l’entente sera valide pour un minimum de 18 ans, avec le potentiel d’être reconduite pour 12 années supplémentaires.

Manitoba Hydro possède de surcroît deux autres ententes avec SaskPower, société d’État de la Saskatchewan, pour la fourniture d’hydroélectricité. L’une de celles-ci commence en 2020 et porte sur la vente de 100 mégawatts.

Le marché albertain pas viable

Le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest (GTNO) était représenté sur une table de concertation de la région de l’ouest du Canada appelée l’Initiative de collaboration régionale et d’infrastructure stratégique de l’électricité (RECSI).

Son principal objectif était d’évaluer et de comparer des projets d’infrastructure électrique dans les provinces de l’Ouest en se basant sur leurs coûts, leur impact de la réduction des gaz à effet de serre et leur capacité à soutenir la transition à une forme d’énergie plus durable.

Le rapport final de la table, provenant de la firme GE Energy Consulting, a été rendu public en août dernier. Selon ses auteurs, connecter le réseau Taltson, dans le sud des T.N.-O., à celui de l’Alberta pour une exportation de 820 gigawattheures n’est pas viable économiquement.

« La conclusion du rapport n’était pas nécessairement que ça serait inutile, précise le conseiller en politiques du ministère des Ressources naturelles du Canada Bradley Little. C’était que ça ne serait pas économique en se basant uniquement sur la vente d’hydroélectricité à l’Alberta. L’étude indique que l’Alberta achèterait de l’énergie de ce projet, mais elle serait très dispendieuse. Les ventes à l’Alberta ne seraient pas suffisantes pour garantir ce projet. […] Le marché de l’Alberta est assez gros, mais les T.N.-O. ne pourraient faire concurrence à d’autres génératrices en Alberta. »

Malgré cette observation, M. Little précise que le projet n’évaluait pas la compétitivité des projets de centrales hydroélectriques (Site C, Keeyask, etc.) ni un partage éventuel des marchés de l’Ouest. La capacité de Taltson ou d’autres infrastructures électriques à appuyer le développement de mines n’a pas été non plus étudiée. Mais le projet a évalué de nouvelles lignes de transmission entre les provinces.

La RECSI regroupait aussi des représentants des gouvernements de la Colombie-Britannique, du Manitoba, du ministère des Ressources naturelles du Canada, de la Saskpower et de l’Alberta Electric System Operator (industrie et gouvernement albertains). La durée prévue de cette table était d’un an et demi.

Réduire le recours au diesel

La Société d’énergie des Territoires du Nord-Ouest et le GTNO ont fait savoir qu’ils continuaient de croire qu’une connexion des réseaux du Nord et du Sud peut être bénéfique pour les Ténois et pour les gens du Sud, qui pourraient ainsi bénéficier d’une énergie sans excédent de carbone.

Le ministre canadien de l’Infrastructure François-Philippe Champagne (alors ministre du Commerce international) à la Chambre des communes, le 11 juin 2018. (Patrick Doyle/La Presse canadienne)

Le ministre de l’Infrastructure du Canada François-Philippe Champagne était aux Territoires du Nord-Ouest à la mi-novembre. Il a mentionné avoir des conversations avec son homologue ténois, Wally Schumann et avec le député fédéral des T.N.-O., Michael McLeod, sur l’expansion de la centrale Taltson.

« Nous avons plusieurs outils dans notre boîte, a-t-il dit, dont un est la Banque d’infrastructures. Ça me tient à cœur de sortir les collectivités du Nord du diésel. Avec mes collègues, nous allons regarder comment nous pouvons nous associer pour ce projet. »

Share
Avatar

Denis Lord, L'Aquilon

Pour d’autres nouvelles sur le Nord du Canada, visitez le site de L’Aquilon.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *