De nouvelles subventions pour les ressources alimentaires dans le Nord canadien

Share
Malgré Nutrition Nord, le jus d’orange est un produit de luxe dans bien des communautés du Nord canadien. (Nick Murray/Radio-Canada)
Des produits tels que les couches, les pâtes et les haricots secs seront subventionnés dès le 1er janvier 2019, dans le cadre du programme Nutrition Nord Canada, après que le gouvernement fédéral eut concédé être passé à côté de ses objectifs.

Yvonne Jones, la députée de la circonscription de Labrador, a annoncé, lundi, plusieurs améliorations à ce programme afin qu’il réponde « aux préoccupations et aux réalités des résidents du Nord », tout en soulignant les efforts « continus » du gouvernement dans ce sens.

« Les résidents du Nord et les Autochtones ont clairement fait savoir que Nutrition Nord Canada ne fonctionnait pas et nous les avons écoutés », a dit Dominic LeBlanc, ministre des Affaires intergouvernementales et du Nord, par voie de communiqué de presse.

Parmi les produits qui devraient bénéficier de nouvelles subventions se trouvent les couches, les haricots secs, les fruits et légumes surgelés, le lait, les préparations pour nourrissons, les aliments pour bébés ou encore la farine, l’huile et le beurre.

Le lait fait partie des denrées admissibles aux subventions. (Radio-Canada)

Le gouvernement devrait aussi resserrer les critères d’admissibilités pour que certains détaillants puissent être admissibles aux subventions de Nutrition Nord Canada.

Les résidents du Nord auront également une plus grande flexibilité pour payer leurs achats.

Mme Jones a insisté sur le fait que ces améliorations ont été déterminées en concertation avec les résidents du Nord.

La députée libérale de Labrador, Yvonne Jones, a fait une série d’annonces concernant le programme Nutrition Nord Canada. (Radio-Canada)

Le gouvernement a annoncé la création d’un groupe de travail sur la sécurité alimentaire, qui mettra entre autres l’accent sur l’élaboration et la mise en œuvre conjointes du Programme de subvention aux exploitants de ressources alimentaires.

Il travaillera en collaboration avec l’Inuit Tapiriit Kanatami et les régions inuites membres du Comité de partenariat entre les Inuits et la Couronne.

Manque de transparence

Lancé en 2011, le programme Nutrition Nord Canada a pour but d’apporter des aliments sains aux communautés nordiques isolées.

Il y a environ un mois, la coordonnatrice à la sécurité alimentaire pour le gouvernement du Nunatsiavut (Inuits du Labrador), Kristeen McTavish, appelait à revoir le modèle en entier et estimait qu’il y avait un manque de transparence concernant les subventions notamment.

Lancé en 2011, le programme Nutrition Nord Canada a pour but d’apporter des aliments sains aux communautés nordiques isolées. (Radio-Canada)

D’après le gouvernement, les dernières améliorations prévues devraient justement rendre le programme plus « transparent, efficace, responsable et adapté à la culture des résidents du Nord et des Autochtones vivant dans des communautés isolées ».

Pour atteindre ses objectifs, une somme supplémentaire de 62,6 millions de dollars sur cinq ans à compter de 2019-2020 sera investie, en plus des 10,4 millions de dollars qui sont versés de façon continue dans le programme Nutrition Nord Canada.

D’après une étude publiée en mai dernier, environ 60 % des familles sur la côte nord du Labrador auraient de la difficulté à se procurer de la nourriture ou auraient peur d’en manquer, indiquaient les données d’un sondage réalisé dans le cadre d’une enquête menée en 2013 et en 2014 par des chercheurs de l’Université Trent et de l’Université de Guelph.

Les prix des produits alimentaires vendus dans le Nord sont de deux à trois fois plus élevés que dans le sud du pays, ce qui entraîne une insécurité alimentaire.

Share
Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *