Nord canadien : L’autonomie gouvernementale des Autochtones n’inquiète pas le maire de Norman Wells

Share
De gauche à droite, le premier ministre des Territoires du Nord-Ouest Bob McLeod, le député des T.N.-O. Michael McLeod, le Secrétaire parlementaire de la ministre des Relations Couronne-Autochtones Marc Miller, et la présidente de la société Norman Wells Land, Sherry Hodgson. Ils prenaient part, le 16 janvier, à la signature d’une entente de principe concernant l’autonomie gouvernementale des Dénés (Premières Nations) et des Métis de Norman Wells, dans la région du Sahtu, aux Territoires du Nord-Ouest. (John Last/Radio-Canada)
Le maire de Norman Wells (Territoires du Nord-Ouest), Frank Pope, est confiant d’avoir une bonne relation avec le futur gouvernement Tlego?´ hli? Got’i?ne?.

Le maire de Norman Wells, Frank Pope, s’inquiète davantage d’un éventuel départ d’Imperial Oil que de la future autonomie gouvernementale des Dénés et Métis du Sahtu de Norman Wells.

La Ville n’a jamais été invitée à la table de négociations, affirme M. Pope. Elle y était représentée par le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest (GTNO).

L’entente de principe sur l’autonomie gouvernementale contient des dispositions sur l’avenir de la Ville. Elle stipule certaines modalités de consultation entre cette dernière et le gouvernement autonome de Norman Wells, ainsi que sur la cession de certaines terres municipales au gouvernement Tlego?´ hli? Got’i?ne?. Celui-ci sera doté de pouvoirs et responsabilités habituellement dévolus aux municipalités, comme la prévention des incendies, l’impôt foncier, etc.

La communauté de Norman Wells, aux Territoires du Nord-Ouest. (Katie Toth/Radio-Canada)
Travailler ensemble

« Les objectifs de la Ville et du gouvernement de Norman Wells peuvent aller de pair », assure Frank Pope, qui rencontrait le 19 janvier la présidente de la Société foncière de Norman Wells, Sherry Hodgson, pour parler d’enjeux communs. « Nous parlons, nous collaborons. Il y aura peut-être des accrochages, mais rien qui ne puisse être réglé. »

M. Pope a invité les négociateurs de la Société foncière et du GTNO à venir faire une présentation au conseil municipal, d’ici deux mois, sur les impacts de la création d’un gouvernement local sur les affaires municipales.

« Mais ma plus grande préoccupation, souligne le maire, c’est combien de temps L’Impériale va demeurer à Norman Wells. Ils apportent des revenus de taxe. » Il veut discuter de ce sujet avec la Société foncière de Norman Wells. Avec une estimation du temps que la compagnie pétrolière demeurera sur place, M. Pope croit que les deux parties pourraient faire de la planification stratégique sur l’économie locale.

Si la pétrolière quitte Norman Wells, les Autochtones deviendront majoritaires, analyse le maire. Ça pourrait être l’occasion, avance-t-il, de devenir un exemple de collaboration pour les autres collectivités.

Share
Avatar

Denis Lord, L'Aquilon

Pour d’autres nouvelles sur le Nord du Canada, visitez le site de L’Aquilon.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *