Vers un service d’appel d’urgence 911 dans un territoire du Nord canadien

Share
Le service d’urgence 911 sera lancé dans les Territoires du Nord-Ouest entre le mois de juin et la fin 2019. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)
Le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest, dans l’Arctique canadien, se prépare à mettre sur pied son service d’appel d’urgence avant la fin de l’année 2019. Le service 911 doit couvrir l’ensemble du territoire desservi par le réseau téléphonique dans les 11 langues officielles.

Le gouvernement territorial, et son équipe responsable de la mise en oeuvre du service, a informé, mardi, le Comité permanent des opérations gouvernementales des avancées dans ce dossier.

La date de lancement du service, initialement prévu pour juin 2019, doit être revue, selon le ministère des Affaires municipales et communautaires.

Celui-ci se contente, pour l’instant, de mentionner que le service sera disponible avant la fin 2019.

Le ministère des Affaires municipales et communautaires travaille sur la mise en oeuvre du service depuis une dizaine d’années. La Loi sur le service d’urgence 911 des Territoires du Nord-Ouest a finalement été adoptée en mars à l’Assemblée législative.

Une fois le service lancé, les Ténois pourront composer le 911 pour toute urgence dans le territoire et rejoindre le centre d’appel plutôt que de contacter les services d’urgence respectifs pour chaque communauté.

Des frais d’environ 1,70 $ par mois s’ajouteront aux factures de télécommunication de chaque appareil téléphonique avec un numéro des Territoires du Nord-Ouest afin de financer le service.

D’ici le lancement, le gouvernement devra aussi engager un technicien responsable du système d’urgence ainsi que 5 répartiteurs d’urgence.

Pour contacter les services d’urgence dans les T.N.-O. pour l’instant, il faut composer l’indicatif régional (867) suivi du préfixe local (874 à Hay River par exemple) ainsi que le 1111 pour la police ou le 2222 pour les pompiers. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)
Un service disponible dans les 11 langues officielles

Selon le directeur du nouveau service 911 des Territoires du Nord-Ouest, Ashley Geraghty, la priorité sera accordée aux candidats bilingues et polyglottes pour les postes de répartiteurs afin de favoriser l’offre active.

Cependant, le gouvernement fera aussi appel à deux services d’interprétation afin de pouvoir offrir un service 24h par jour dans les 11 langues officielles des Territoires du Nord-Ouest.

Les deux contractants, LanguageLine Solutions et CanTalk, qui sont déjà utilisés dans d’autres domaines par le gouvernement territorial, ont affirmé par écrit être en mesure d’offrir des services dans les 9 langues autochtones en tout temps, selon Ashley Geraghty.

« Si quelqu’un appelle et qu’il n’est pas en mesure de communiquer en anglais, nous rejoindrons la ligne linguistique et un interprète approprié sera trouvé, explique le directeur. Ensuite, une fois que nous savons où se trouve l’appel et quel service est nécessaire, l’appelant et l’interprète seront transférés au service d’urgence local. »

Ashley Geraghty est le responsable du service 911 dans les Territoires du Nord-Ouest. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)

Selon lui, 30 secondes seulement devraient s’écouler entre l’appel au 911 et le transfert vers le service d’urgence local si tout se fait en anglais. Le gouvernement estime cette durée à 80 secondes pour les appels qui requerront l’aide du service d’interprète.

Des données sur le nombre d’appels, la langue utilisée, l’utilisation du service d’interprète et la durée des appels seront collectées et étudiées par le gouvernement territorial afin d’assurer le bon fonctionnement du service.

Pour sa part, le ministère des Affaires municipales et communautaires compte lancer une grande campagne de sensibilisation avant l’ouverture du centre d’appel d’urgence.

Share
Mario De Ciccio, Radio-Canada

Mario De Ciccio, Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *