Une nouvelle présidente pour le Conseil national des jeunes Inuits

Share
La nouvelle présidente du Conseil national des jeunes Inuits, Crystal Martin-Lapenskie, compte faire de l’éducation, des services de soins de santé et de la prévention du suicide ses priorités pour les deux prochaines années. (Courtoisie de Pauktuutit Inuit Women of Canada)
Les membres du Conseil national des jeunes Inuits ont élu leur nouvelle présidente, originaire du territoire du Nunavut, qui compte faire de l’éducation son cheval de bataille.

« Les jeunes du Nord canadien doivent avoir accès à une éducation postsecondaire », martèle Crystal Martin-Lapenskie au bout du fil. À l’heure actuelle, ils doivent se rendre dans le sud [du pays] s’ils veulent poursuivre leurs études. »

Jointe à Iqaluit, où elle réside depuis peu, Crystal Martin-Lapenskie a été élue mardi à la tête du Conseil national des jeunes Inuits, qui représente les jeunes Inuits des quatre régions inuites du Nord canadien : la région désignée des Inuvialuit (nord-ouest du Canada), le Nunavut (Nord canadien), le Nunavik (Nord québécois) et le Nunatsiavut (Terre-Neuve-et-Labrador).

Elle succède ainsi à Ruth Kaviok, originaire d’Arviat, au Nunavut. Huit autres personnes de 18 à 30 ans, dont la majorité est originaire du Nunavut, avaient soumis leur candidature.

Les membres de ce conseil jeunesse ont le mandat de représenter les intérêts des jeunes Inuits dans leur région respective.

L’éducation avant tout

L’éducation est un sujet qui touche de près Crystal Martin-Lapenskie, puisque c’est la raison qui a poussé sa famille à quitter Hall Beach, au Nunavut, lorsqu’elle avait dix ans.

Préoccupés par le système d’éducation dans le Nord, ses parents ont préféré déménager en Ontario, dans le sud du pays, pour offrir plus d’avenues à leurs enfants. « J’ai trouvé ça très difficile, je parlais à peine l’anglais, se rappelle-t-elle. J’avais deux ans de retard lorsque je suis arrivée en Ontario donc j’ai dû obtenir du soutien supplémentaire pour rattraper le niveau de mes camarades de classe. »

La nouvelle présidente croit que le système d’éducation devrait être la priorité pour les gouvernements fédéral et territorial pour aider les jeunes Inuits à surmonter les difficultés auxquelles ils font face. « Il n’y a aucune université dans l’Inuit Nunangat [NDLR : l’appellation employée pour désigner les quatre régions inuites du Nord canadien], mentionne-t-elle. De nombreuses personnes n’entreprennent pas d’études [postsecondaires] parce qu’elles ne sont pas prêtes à déménager [dans le sud du pays]. »

Obtenir du soutien

Devenue mère à l’âge de 18 ans, Crystal Martin-Lapenskie explique aussi qu’elle aurait souhaité être davantage épaulée lors de sa première grossesse, en particulier par « une femme inuite qui comprend notre réalité ».

Le Nunavut arrive en tête des provinces et territoires du pays où le taux de natalité est le plus élevé. En 2016, l’indice de fécondité était d’environ 3 enfants par femme, soit près du double de la moyenne nationale, selon Statistique Canada.

« À l’époque, j’aurais aimé avoir un modèle, une personne de qui j’aurais pu m’inspirer, mais je ne connaissais pas vraiment les organisations en Ontario qui auraient pu m’offrir du soutien », poursuit-elle.

Le taux élevé de suicide chez les jeunes, l’emploi et le manque de services de soins de santé sont d’autres priorités de la jeune femme. Elle cite le manque de ressources médicales dans certaines communautés nordiques ainsi que le taux élevé de roulement du personnel qui oblige les patients « à répéter leur histoire ». « [La santé] est vraiment un secteur qui présente plusieurs lacunes », croit-elle.

Fibre entrepreneuriale

Durant son mandat de deux ans, la nouvelle présidente siégera à titre de participante permanente au conseil d’administration de l’Inuit Tapiriit Kanatami, l’organisme qui représente les Inuits au Canada, et comme membre observatrice du Comité de partenariat entre les Inuits et la Couronne.

« Représenter les jeunes Inuits au Canada est quelque chose que je prends très au sérieux et j’ai très hâte de commencer. »

Crystal Martin-Lapenskie, nouvelle présidente du Conseil national des jeunes Inuits
Des membres du Conseil national des jeunes Inuits étaient réunis lors d’un sommet qui avait lieu à Nain, au Nunatsiavut (Terre-Neuve-et-Labrador), en 2017. (Courtoisie de l’Inuit Tapiriit Kanatami)

Hormis son président, le Conseil national des jeunes Inuits est constitué de six membres qui représentent différentes organisations régionales du nord du pays, dont l’Association inuite de Kitikmeot et l’Association inuite de Kivalliq, au Nunavut.

Share
Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *