Un site de l’ère des dinosaures donne des informations sur le climat à Schefferville, dans le nord-est du Québec

La mine Redmond à Schefferville, dans le nord-est du Québec (maintenant inondée par la nappe phréatique), entourée de piles de déblais miniers. Certains d’entre eux sont des roches datant de la période Crétacée, un cas unique pour l’instant au Québec et au Labrador. À gauche : Alexandre Demers-Potvin (Musée Redpath, université McGill). À droite : Michel Chartier (Musée de paléontologie et de l’évolution). (Courtoisie)
Des fossiles découverts dans une mine abandonnée près de Schefferville, dans le nord-est du Québec, ont permis à des chercheurs de l’Université McGill de déterminer que le climat du nord de la province était beaucoup plus chaud que celui d’aujourd’hui, selon des résultats préliminaires.

Les chercheurs ont trouvé des dizaines de fossiles de feuilles d’arbres, quelques conifères, des sapins, des pins, mais aussi plusieurs feuilles d’arbres feuillus, qui se trouvent habituellement plus au sud, ainsi que plusieurs insectes.

Les chercheurs estiment qu’il y a 100 millions d’années les températures variaient entre 15 degrés Celsius l’été et 8 degrés Celsius l’hiver à Schefferville.

Un nouveau spécimen du musée Redpath, une des feuilles d’arbres fossilisées, les plus spectaculaires trouvées dans la mine Redmond no.1 en août 2018. Elle ressemble vaguement à une feuille de peuplier, une des premières feuilles de cette sorte trouvées sur ce site, et a été incluse dans les estimations du climat de la région au Crétacé. (Courtoisie)
Un site de l’époque des dinosaures

Selon Alexandre Demers-Potvin, étudiant à la maîtrise à l’Université McGill qui a participé aux recherches, il s’agit du seul site de gisement de fossiles connu au Québec et au Labrador de l’époque des dinosaures. Selon le chercheur, le site daterait d’il y a 100 millions d’années.

« C’est une fenêtre unique dans un monde perdu. »

Alexandre Demers-Potvin, étudiant à la maîtrise à l'Université McGill

Les recherches à Schefferville se sont déroulées en août 2018. Alexandre Demers-Potvin précise que les chercheurs ont l’intention de retourner poursuivre des fouilles sur le site dans les prochaines années.

Avec les informations d’une entrevue diffusée à l’émission Boréale 138

Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *