La popularité du programme d’immersion française, un défi pour le territoire du Yukon

Onze familles n’ont pas pu se prévaloir d’une place en immersion française cette année à Whitehorse, au Yukon. (iStock)
L’opposition officielle a soulevé des inquiétudes quant aux conséquences possibles de la popularité croissante du programme d’immersion française à l’Assemblée législative du Yukon, dans le nord-ouest du Canada, mercredi.

L’École Selkirk à Whitehorse accueille chaque année de plus en plus d’inscriptions pour son programme d’immersion française à un point tel qu’un tirage au sort est maintenant nécessaire.

Cette année, 121 enfants fréquentent le programme soit près de la moitié de l’école du quartier Riverdale.

Ces enfants s’ajoutent aux 469 élèves de l’École Whitehorse Elementary qui en 2006 a dû abandonner son cursus scolaire de langue anglaise pour faire place à l’immersion française.

Des questions

Le critique en éducation du Parti du Yukon, Scott Kent, demande au gouvernement comment il entend répondre à la demande croissante de l’école Selkirk dont les parents tiennent à préserver le programme de langue anglaise.

La ministre de l’Éducation, Tracy-Anne McPhee, a confirmé que la demande y est grandissante, mais n’a pas spécifié de plan pour l’avenir.

« Il y a deux classes de maternelle en immersion française à l’école Selkirk présentement et pour l’instant, le nombre de places y est suffisant et nous gardons un oeil sur le nombre d’inscriptions pour pouvoir ajuster le nombre de places. »

Tracy-Anne McPhee, ministre de l'Éducation

Scott Kent croit toutefois que le gouvernement doit planifier tout de suite comment il entend accommoder cette popularité grandissante rappelant que, cette année, le programme d’immersion française accueille 33 enfants de plus que l’an dernier.

« La ministre mentionne depuis deux ans qu’il y a des centaines de places non occupées dans d’autres écoles de Whitehorse sans compter qu’une nouvelle école sera construite dans le quartier Whistle Bend. Il y a une occasion ici d’agrandir le programme d’immersion [dans d’autres écoles]. »

Scott Kent, porte-parole de l'opposition en matière d'Éducation

Le critique rappelle que c’est cette même popularité qui a poussé le gouvernement à offrir l’immersion française à l’École Selkirk en 2015.

Pour sa part, la présidente du conseil scolaire de l’École Selkirk, Melanie Davignon, affirme devoir « insister [auprès du ministère de l’Éducation] pour ne pas prendre plus de deux classes de maternelle en immersion française parce qu’ils souhaitaient nous en donner une troisième. »

Les parents souhaiteraient plutôt retourner à une seule classe de maternelle en immersion pour assurer une stabilisation des nombres au cours des prochaines années, explique-t-elle. « Il ne faut pas oublier qu’il est difficile de recruter des enseignants en français au pays, note Mme Davignon. L’enseignant de mon fils est arrivé au territoire à peine 5 jours avant le début des classes. »

Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *