Énergies renouvelables dans le nord-ouest canadien : une affaire de partenariats

Une centaine de délégués prennent part aux discussions pour le développement des énergies renouvelables au territoire. (Radio-Canada / Claudiane Samson)
Une conférence sur les énergies renouvelables fait salle comble à Whitehorse cette semaine.

La centaine de délégués sont rassemblés pour trouver des pistes de solution, alors que le territoire a annoncé à l’automne son intention de réduire de 30 % ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 10 ans par rapport aux émissions de 2010.

Le ministre d’Énergie, Mines et Ressources, Ranj Pillai a réaffirmé l’importance des partenariats pour trouver des solutions à une demande croissante en énergie à l’heure des changements climatiques. Depuis l’an dernier, les producteurs indépendants d’électricité, qu’elle soit hydro, éolienne ou solaire, peuvent vendre leur production à la grille électrique du territoire.

Le chef de la Première Nation Vuntut Gwitchin, Dana Tizya-Tramm, voit dans les énergies renouvelables un développement économique en respect avec les traditions autochtones. (Radio-Canada / Claudiane Samson)

La Première Nation Vuntut Gwitchin d’Old Crow fait partie des premiers bénéficiaires de ce nouveau cadre réglementaire, avec un système solaire qui permettra d’éliminer la combustion de 190 000 litres de diesel. Selon le chef Dana Tizya-Tramm, ces partenariats offrent aux Premières Nations la possibilité d’effectuer un virage non seulement sur le plan énergétique, mais aussi sur le plan économique.

Jean-Paul Pinard se réjouit de voir le secteur privé, les gouvernements et les Premières Nations investir dans les énergies renouvelables. (Radio-Canada / Claudiane Samson)

Jean-Paul Pinard, fervent défenseur des énergies renouvelables au territoire dans les dernières décennies, constate ce virage. « Je vois un gros changement que je n’ai pas vu auparavant, […] je vois beaucoup de promesses. J’ai l’impression qu’on va être leaders en énergie renouvelable au Canada ».

« Les Premières Nations vont jouer un très gros rôle dans cette nouvelle économie. C’est ce que j’aime appeler l’économie du génie du Nord parce que c’est là que l’opportunité [se trouve]. Ce qui bloque en ce moment pour eux c’est la capacité [en ressources] humaines. »Jean-Paul Pinard, ingénieur expert en énergie éolienne
Énergie Yukon présente son plan

Le producteur d’électricité Énergie Yukon a profité de l’occasion mercredi pour présenter aux délégués une première ébauche de sa stratégie pour le développement des énergies renouvelables pour les 10 prochaines années.

« C’est une opportunité générationnelle pour le Yukon. Il y aura des consultations publiques et nous voulons entendre les gens. Mais nous croyons qu’il s’agit d’un excellent plan qui aidera le territoire à atteindre ses objectifs en matière de changements climatiques. »Andrew Hall, PDG Énergie Yukon

Le PDG d’Énergie Yukon, Andrew Hall, a expliqué que bien que le territoire dépend en majeure partie de l’hydroélectricité. En hiver cependant, comme pendant les grands froids des dernières semaines, la production est insuffisante et les centrales aux combustibles fossiles, au gaz naturel liquéfié et le diesel, doivent venir en renfort.

Le PDG d’Énergie Yukon Andrew Hall est ravi du plan de développement des énergies renouvelables prévu pour les 10 prochaines années. (Radio-Canada / Claudiane Samson)

En été, la situation est inversée. Trop d’hydroélectricité est produite par rapport à la demande, particulièrement avec l’arrivée des producteurs indépendants. Énergie Yukon prévoit d’ailleurs alimenter en été les bateaux de croisière amarrés au village alaskien de Skagway.

Nous avons l’occasion d’accumuler pour transférer cette énergie en hiver. L’une des composantes principales du plan est ce qu’on appelle l’accumulation par pompage.

La technique verrait la création de deux réservoirs séparés par une chute verticale. L’eau est pompée dans le plus haut réservoir en été, et relâchée en hiver pour faire tourner une turbine.

Le plan de développement d’Énergie Yukon prévoit la construction d’une ligne de transmissions vers Atlin en Colombie-Britannique et Skagway en Alaska. (Radio-Canada / Claudiane Samson)

Deuxième projet proposé, celui d’une ligne de transmission vers la petite centrale hydroélectrique de la Première Nation Taku River Tlingit à Atlin en Colombie-Britannique.

Énergie Yukon prévoit avoir besoin de 500 millions de dollars pour réaliser ces projets, de l’argent qu’elle espère obtenir du fédéral. Déjà, Ottawa finance avec Énergie Yukon un projet de stockage d’énergie sur batteries.

Claudiane Samson, Radio-Canada

Claudiane Samson, Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *