Verdir l’industrie minière dans le nord-ouest du Canada

Share
Le Forum géoscientifique rassemble chaque année les acteurs de l’industrie minière du Yukon et les entreprises intéressées à les desservir. (Claudiane Samson/Radio-Canada)
Le 47e Forum géoscientifique du Yukon, dans le nord-ouest du Canada, a attiré à Whitehorse un nombre record de 800 délégués de l’industrie minière sous le thème Innovation, Technologie et Partenariats alors que le gouvernement du territoire a déposé la semaine dernière une ébauche de stratégie pour réduire de 30 % les émissions de gaz à effet de serre.

L’ébauche prévoit qu’un plan spécifique pour l’industrie minière doit être développé.

L’industrie de l’exploration minière du Yukon a enregistré l’an dernier une baisse des investissements de 10 millions de dollars, selon la Commission géologique du Yukon. (Claudiane Samson/Radio-Canada)

Si dans le passé la question des relations avec les Premières Nations était centrale aux discussions de l’industrie, le directeur de la Chambre des mines du Yukon, Samson Hartland, affirme que les minières se focalisent de plus en plus sur l’environnement.

« Il s’agit d’une industrie à l’avant-plan de la technologie et de l’innovation qui doit pour survivre réduire son empreinte carbone. […] Les stéréotypes continuent de circuler, mais il s’agit d’une industrie qui vit par ses actions et qui n’est pas très bonne à se glorifier. »

Samson Hartland, directeur, Chambre des mines du Yukon
Allier environnement et économie

Carl Schulze, nommé prospecteur de l’année, fait partie depuis longtemps de l’industrie minière du territoire, siégeant à plusieurs reprises à la Chambre des mines. Il ne fait aucun doute selon lui que l’industrie entreprend un virage environnemental, et ce, depuis un moment.

Carl Schulze est intimement lié à l’industrie minière du Yukon et apparaît même à l’occasion derrière un piano lors des rassemblements de l’industrie au territoire comme ailleurs au pays. (Claudiane Samson/Radio-Canada)

« Les entreprises minières et d’exploration vont évidemment tenter de faire des économies et si elles peuvent le faire avec de l’énergie verte, alors tant mieux. »

Le prospecteur souligne par ailleurs qu’une économie verte encourage en soi l’industrie minière en raison des besoins en lithium, fer, cuivre, zinc ou autres métaux rares.

Les entreprises environnementales profitent de l’élan du moment. Parmi les kiosques de l’exposition commerciale, l’entreprise yukonnaise Solvest qui se spécialise dans la vente et l’installation de panneaux solaires.

« Nous sommes déjà liés à l’industrie minière puisque les matériaux utilisés pour l’énergie renouvelable proviennent des mines. Mais nous sommes ici pour proposer des solutions en énergie renouvelable aux camps miniers. Le plus isolé vous vous trouvez, le plus approprié l’énergie renouvelable devient. »

Steven Qiu, directeur des ventes, Solvest Inc.

Le directeur des ventes de Solvest, Steven Qiu, affirme recevoir beaucoup d’intérêt des participants en raison d’une meilleure compréhension, des incitatifs et d’une réduction des coûts d’installation : « Il devient beaucoup plus économique de produire sa propre électricité plutôt que de construire des routes de glace ou du transport aérien pour le diesel. »

L’entreprise yukonnaise de système d’énergie solaire Solvest souhaite développer le marché de l’industrie minière. (Claudiane Samson/Radio-Canada)
Et le nucléaire?

Si le solaire et l’éolien sont discutés, la production nucléaire à petite échelle figure également parmi les ateliers prévus à l’horaire du forum. « Il s’agit de créer la discussion et stimuler les idées autour des technologies émergentes, de l’utilisation de réacteurs modulaires dans le Nord et les camps miniers », explique le directeur de la Chambre des mines, Samson Hartland.

Le prospecteur Carl Schulze affirme toutefois qu’il n’y a pas d’exploration présentement pour de l’uranium, bien que l’énergie nucléaire soit selon lui une option propre et que les gisements existent.

« On ne verra probablement pas d’exploration [d’uranium] parce que les dépôts sont dans le bassin versant de la rivière Peel. »

Carl Schulze, prospecteur

Le secteur de du bassin de la rivière Peel, convoité par l’industrie minière, a fait l’objet d’une longue saga judiciaire qui s’est terminée par la signature l’été dernier d’une protection de 85 % de tout développement industriel.

La popularité du Forum géoscientifique survient alors que l’industrie enregistre cette année une baisse de 10 millions de dollars d’investissements en exploration pour un total de 103 millions de dollars. Le nombre de projets a par ailleurs diminué de moitié selon la Commission géologique du Yukon.

Share
Claudiane Samson, Radio-Canada

Claudiane Samson, Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *