Changements climatiques : ours polaires et phoques annelés modifient leur diète

Les ours polaires de la baie d’Hudson ne se limitent plus à manger les phoques annelés. (David Oberholzer/Getty Images)
La diminution des glaces marines de la côte ouest de la baie d’Hudson est en train de transformer la relation prédateur-proie entre les ours polaires et les phoques annelés, affirme une étude réalisée par l’Université du Manitoba.

Les auteurs de l’étude ont examiné la concentration de mercure, ainsi que le taux des isotopes du carbone et de l’azote, chez les deux mammifères sur une période de 13 ans, soit de 2003 à 2016.

Ils cherchaient à savoir comment les deux animaux, qui sont étroitement liés dans le réseau alimentaire, s’adaptent aux changements dans leur environnement et leurs habitudes alimentaires.

Ils ont observé un déclin du taux de mercure chez les phoques, alors que le niveau de mercure chez les ours polaires est demeuré stable. Cela suggère que les deux mammifères ont commencé à s’alimenter différemment, indique David Yurkowski, coauteur de l’étude.

« Avec la fonte de la banquise, les phoques annelés se mettent à manger plus de phytoplanctons, qui prolifèrent sur les eaux libres, explique le scientifique. Et ils ont plus de temps pour manger, tant que les eaux restent dégagées de glaces. »

Il s’agit cependant d’une épée à double tranchant. Les phoques ont besoin de la présence de la banquise pour l’élevage de leurs veaux. Si la surface en glace diminue, cela pourrait mener à une diminution des naissances, et la fonte hâtive de la banquise pourrait aussi avoir un impact sur la survie des jeunes phoques, car les blanchons seraient séparés de leur mère trop tôt, explique David Yurkowski.

Du côté des ours polaires, les résultats de l’étude indiquent que les mammifères se nourrissent de plus en plus de phoques marins et de phoques barbelés. Les répercussions de ce changement font l’objet d’une autre étude en cours à l’Université du Manitoba.

« La relation entre les ours polaires et les phoques annelés s’affaiblit, et c’est une tendance qui va vraisemblablement se poursuivre, confirme David Yurkowski. Le réseau alimentaire [du Nord] est en pleine mutation. Et nous allons très probablement voir, dans un avenir rapproché, que ce réseau et son fonctionnement seront très différents. »

Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *