Une communauté du nord-est canadien interdit l’alcool pour encourager la distanciation physique

Le 5 mai, la communauté de Grise Fjord, au Nunavut, a interdit de manière temporaire la consommation, la possession, la vente, l’achat et le transport d’alcool. (Radio-Canada)
La communauté de Grise Fjord, dans le nord du Nunavut, a temporairement interdit l’alcool pour faciliter le respect des mesures de distanciation physique durant la pandémie de COVID-19.

La résolution, qui est en vigueur depuis mardi, interdit la consommation, la possession, la vente, l’achat et le transport d’alcool dans la collectivité la plus septentrionale du pays.

L’interdiction est en place jusqu’au 18 mai, puis elle reprendra entre le 21 mai et le 3 juin.

Les personnes qui y désobéissent s’exposent à des amendes variant de 500 $ à 5000 $ ou à une peine d’emprisonnement allant jusqu’à 30 jours, voire aux deux.

« Pendant la pandémie de COVID-19, nous essayons d’empêcher les gens de se rassembler avec la distanciation sociale, de façon à ce qu’il n’y ait pas de rassemblements, y compris des fêtes pour boire, parce que les regroupements finissent par s’agrandir », a expliqué la mairesse par intérim, Laisa Audlaluk-Watsko.

Grise Fjord est une communauté d’environ 130 habitants qui n’est accessible que par avion. Deux avions s’y rendent habituellement chaque semaine.

Au territoire, il existe six communautés sans alcool, dont la vente est proscrite en tout temps. Douze municipalités disposent d’un régime restrictif, tandis que sept autres n’ont aucune réglementation à ce sujet.

Même règlement que pendant le temps des Fêtes

D’autres collectivités du Nunavut ont déjà eu recours à ce règlement durant le temps des Fêtes. Elles doivent alors en faire la demande au ministère territorial des Services communautaires et gouvernementaux.

La durée de cette prohibition peut aller jusqu’à deux semaines, mais les municipalités ne peuvent y avoir recours que trois fois par année au maximum.

La mairesse assure que, durant le temps des Fêtes, les habitants sont habituellement respectueux des consignes.

« J’ai bon espoir que cette prohibition va être prise au sérieux. »Laisa Audlaluk-Watsko, mairesse par intérim de Grise Fjord

Elle ajoute que le conseil municipal souhaitait déjà renforcer les mesures de distanciation physique dans l’éventualité d’un premier cas de COVID-19 au Nunavut.

« Nous avons pensé que ce serait le bon moment pour s’exercer [et] pour mettre en place nos propres mesures de distanciation sociale dans la communauté », a indiqué la mairesse.

Le 30 avril, le gouvernement territorial a annoncé un premier cas de COVID-19 au territoire, dans la communauté de Pond Inlet, mais plus tard, le cas s’est avéré être un faux positif.

Il n’y a toujours pas de cas confirmé au Nunavut.

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.