Le Nunavut songe à mettre en place un centre d’isolement à Iqaluit

Iqaluit, la capitale du Nunavut, pourrait recevoir bientôt un centre d’isolement temporaire. (Mario de Ciccio/Radio-Canada)
Le gouvernement du Nunavut songe à ouvrir un centre d’isolement temporaire à Iqaluit pour compenser les importants temps d’attente dans l’hôtel qui lui sert de centre d’isolement à Winnipeg.

Le ministre de la Santé et des Finances du territoire, George Hickes, a confirmé lundi en conférence de presse qu’il s’agissait d’une des options actuellement envisagées par son gouvernement, mais que rien n’avait pour l’instant été confirmé.

L’option de désigner un autre hôtel à Winnipeg pour permettre aux Nunavois de s’isoler avant de rentrer au territoire fait également partie des possibilités.

En précisant ces options, le ministre s’est aussi assuré de démentir une rumeur qui a circulé sur les médias sociaux cette fin de semaine selon laquelle un centre d’isolement serait mis en place à Iqaluit dès cette semaine pour accueillir des Nunavois.

Depuis le mois de mars, les personnes étant à l’extérieur du territoire qui veulent rentrer chez elles doivent obligatoirement passer deux semaines en quarantaine dans l’un des sept hôtels désignés par le gouvernement à Québec, à Ottawa, à Winnipeg, à Edmonton ou à Yellowknife.

Ottawa est l’une des villes où transitent le plus grand nombre de résidents du Nunavut pour leur quarantaine. (Matisse Harvey/Radio-Canada)
Un long temps d’attente

Un temps d’attente de trois semaines est actuellement à prévoir pour les Nunavois qui doivent s’isoler à Winnipeg, selon le ministre. C’est la raison pour laquelle le gouvernement cherche de nouvelles options.

« Nous comprenons les craintes [à propos d’un possible centre d’isolement à Iqaluit] exprimées sur les médias sociaux cette fin de semaine. Pendant que nous cherchons à contrer le temps d’attente, nous remercions les Nunavois en attente et nous continuons de travailler fort pour maintenir la sécurité du Nunavut. » George Hickes, ministre de la Santé et des Finances du Nunavut

George Hickes a aussi indiqué que le gouvernement s’était entendu avec la Qikiqtaaluk Corporation pour la gestion de ses centres d’isolement à l’extérieur du territoire.

Le ministre de la Santé du Nunavut, George Hickes. (Beth Brown/CBC)

Il dit espérer que le fait qu’il y a plus d’Inuit capables de s’exprimer autant en anglais qu’en inuktitut dans les centres d’isolement permettra de faciliter le séjour de certains Inuit.

Le gouvernement du Nunavut a aussi profité de la conférence de presse pour rappeler aux gens qu’il faut bien réfléchir avant de quitter le territoire pour des raisons autres que des raisons de santé afin d’éviter les voyages non essentiels.

Jusqu’à maintenant, les centres d’isolement à l’extérieur du territoire ont coûté plus de 15 millions au gouvernement territorial.

De l’argent d’Ottawa

Le ministre a confirmé lundi que le Nunavut recevrait au moins 18,9 millions de dollars du plan de relance d’Ottawa pour les provinces et les territoires.

De cet argent, 5,7 millions de dollars seront consacrés à des tests de dépistage et à de l’équipement de protection, tandis qu’un peu plus de 1 million de dollars iront à un programme fédéral consacré aux congés de maladie.

Mario De Ciccio, Radio-Canada

Mario De Ciccio, Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *