Poursuite judiciaire pour protéger la réserve faunique nationale de l’Arctique

Un avion survole la harde de caribous Porcupine au-dessus de la réserve faunique nationale de l’Arctique en Alaska. (U.S. Fish and Wildlife Service/The Associated Press)

Les nations gwich’in de l’Alaska, du Yukon et des Territoires du Nord-Ouest et 12 organisations environnementales ont annoncé lundi le dépôt devant les tribunaux américains d’une poursuite judiciaire pour la protection de la réserve faunique nationale de l’Arctique en Alaska.

La poursuite stipule que le programme d’exploration pétrolière annoncé récemment par l’administration fédérale américaine est illégal et que le Bureau de la gestion des sols du département de l’Intérieur ne respecte pas son obligation de protection des terres, de l’eau et des peuples, selon un communiqué des avocats.

En conférence de presse, les leaders autochtones des deux côtés de la frontière ont soutenu que le plus récent développement enfreint leurs droits ancestraux voire les droits de la personne.

« La décision du Bureau de la gestion des sols qui viole les terres sacrées de mon peuple et essentielles à la santé de la harde de caribous Porcupine est une attaque à nos droits, notre culture et notre façon de vivre. » Bernadette Demientieff, directrice générale, Gwich’in Steering Committee
Des caribous du troupeau Porcupine, au Yukon en 2002. (Ken Madsen/Reuters)

La grande région abrite de nombreuses espèces végétales et animales, dont la harde de caribous Porcupine. Après la période de mise bas dans la réserve, les quelque 200 000 bêtes migrent vers l’Est jusqu’aux T. N.-O. traversant les terres traditionnelles des différentes nations gwich’in.

La lutte pour la protection de la réserve faunique nationale de l’Arctique a mené en 1988 à la création du comité directeur Gwich’In (Gwich’in Steering Committee) pour attirer l’attention des politiciens américains et ainsi contrer la pression des pétrolières attirées par de possibles réserves de gaz et de pétrole.

L’ouverture au possible forage pétrolier a été rendue possible par l’adoption en 2017 de la Loi américaine sur les réductions d’impôts et la création d’emplois présidée par la sénatrice de l’Alaska, Lisa Murkowski.

Une étude d’impacts environnementaux s’en est suivie, mais les plaignants de la présente poursuite soutiennent que le processus a été bâclé et n’a pas pris en compte les témoignages des communautés gwich’in touchées notamment celles du côté canadien.

« Nous pourrons raconter aux générations suivantes l’unité des Gwich’in dans la protection des caribous. On ne peut pas laisser une frontière internationale nous diviser, on ne peut pas laisser ces enjeux nous diviser bien que nous nous trouvons dans une époque où des gens vendent nos droits ancestraux sans nous consulter. » Dana Tizya-Tramm, chef, Première Nation Vuntut Gwitchin
Du soutien au Yukon

Parmi les groupes écologistes impliqués dans la poursuite, figure le chapitre yukonnais de la Société pour la nature et les parcs du Canada. En entrevue, son directeur général, Chris Rider, affirme qu’il était important d’ajouter leur voix pour y représenter les intérêts canadiens.

« Nous ne savons pas s’il sera possible de suspendre le processus déjà entamé, mais nous voulons démontrer que le processus est illégal et nous assurer qu’il ne peut jamais être complété. » Chris Rider, directeur général au Yukon de la Société pour la nature et les parcs du Canada
La Société pour la nature et les parcs du Canada souhaite que les espèces menacées du Yukon soient mieux protégées. (Société pour la nature et les parcs du Canada – Yukon/Malkolm Boothroyd)

L’environnementaliste espère que l’union entre les Autochtones et les écologistes permettra d’atteindre les objectifs de protection comme ce fût le cas dans le dossier du bassin versant de la rivière Peel au Yukon.

Le député fédéral du Yukon, Larry Bagnell, affirme avoir milité depuis des décennies aux côtés des Gwich’in et regrette que ces efforts n’aient pas mené aux résultats escomptés. La poursuite judiciaire, selon lui, est une bonne avenue.

« J’espérais depuis trois ans que cette démarche aille de l’avant de façon à ralentir le processus jusqu’à ce qu’un congrès et un président plus protecteur de l’environnement soient en place pour protéger les terres de la réserve faunique nationale de l’Arctique. » Larry Bagnell, député fédéral du Yukon
Claudiane Samson, Radio-Canada

Claudiane Samson, Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *