Un important projet de port dans l’Arctique canadien se poursuit malgré la COVID-19

La pandémie a retardé de quelques semaines la construction du port en eaux profondes d’Iqaluit, une ville du Grand Nord canadien. (Matisse Harvey/Radio-Canada)
La pandémie a ralenti la construction du port en eaux profondes d’Iqaluit, au Nunavut, mais les travailleurs affectés au projet s’attellent à la tâche pour que le projet soit achevé au mois d’octobre 2021.

L’entreprise responsable du projet, Tower Arctic, attendait la saison libre de glaces pour reprendre les travaux cette année. Cependant, la crise sanitaire a retardé d’environ trois semaines le début des travaux cet été, selon le chargé de projet du ministère des Services communautaires et gouvernementaux, Justin McDonell.

« Les quarantaines de deux semaines [imposées] avant d’entrer au Nunavut ont sans aucun doute entraîné des retards et des complications pour recommencer le projet,» dit Justin McDonell, Services communautaires et gouvernementaux.

Comme la majorité des travailleurs qui participent à la construction viennent du sud du pays, ils doivent s’isoler pendant 14 jours dans un hôtel choisi par le gouvernement territorial avant d’entrer au Nunavut.

Selon Justin McDonell, certains travailleurs de la construction ont préféré renoncer à leur contrat en raison des quarantaines obligatoires. «Quelques travailleurs ont mis un terme à leur quarantaine parce qu’ils ne se voyaient pas capables de rester enfermés dans une chambre d’hôtel pendant deux semaines,» dit M. McDonell.

Il ajoute que le nombre de travailleurs sur le chantier a dû être réduit à des équipes de 30 à 50 personnes pour rendre possible la distanciation physique. Ces travailleurs sont généralement sur place pendant une quarantaine de jours.

En date du 31 août, 1025 travailleurs de la construction qui s’affairaient dans des projets financés par le gouvernement territorial, comme celui du port d’Iqaluit, ont dû passer par des centres de quarantaine, selon le ministère des Services communautaires et gouvernementaux.

Parmi les prochains travaux à terminer figurent notamment la finition du quai et la construction de deux rideaux de palplanches, des parois préfabriquées qui servent de murs de soutènement pour les ports en eaux profondes.

Projet de longue haleine

L’entreprise Tower Arctic a commencé la construction du port durant l’été 2018 et devait initialement la terminer au mois d’octobre 2020.

Le projet de port en eaux profondes, qui est situé dans le sud-ouest de Koojesse Inlet, près d’Iqaluit, est le fruit d’une vingtaine d’années de discussions. Il doit permettre à des navires industriels, de ravitaillement et de croisière d’y accoster, ce qui, à terme, doit contribuer à accroître l’efficacité du transport maritime dans la région.

Comme les eaux autour du port actuel ne sont pas suffisamment profondes, les bateaux de ravitaillement doivent s’arrêter dans la baie de Frobisher et acheminer leurs marchandises vers Iqaluit par l’entremise de barges.

Sommes supplémentaires

Selon le chargé de projet, les retards entraînés par la pandémie n’ont pas changé le budget qui était prévu pour la construction du port.

Le ministère des Services communautaires et gouvernementaux a toutefois dû assurer les coûts des quarantaines imposées aux travailleurs de la construction.

En date du 31 août, ce financement supplémentaire correspondait à environ 14,5 millions de dollars, selon le Ministère.

En 2016, Ottawa a octroyé au gouvernement du Nunavut une enveloppe de près de 64 millions de dollars pour la construction du port. Le gouvernement territorial a quant à lui contribué à hauteur d’environ 21 millions de dollars.

Matisse Harvey, Radio-Canada

Matisse Harvey, Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur l'Arctique canadien, visitez le site d'ICI Grand Nord.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *