Les oies des neiges ne sont pas infectées par la COVID-19, assurent des experts

Une étude scientifique conclut que la COVID-19 n’est pas présente dans l’organisme de l’oie des neiges. (Jacques Boissinot/La Presse canadienne)
Plusieurs interrogations sur la COVID-19 ont émergé depuis son apparition en mars 2020. L’une d’entre elles concerne la transmission du virus chez les animaux. Une récente étude menée par des chercheurs de l’Université Laval soutient que les oies des neiges ne sont pas porteuses du coronavirus, un soulagement pour les communautés nordiques qui chassent et consomment ces oiseaux.

Pour mener à bien leurs analyses, les scientifiques – issus de la participation de trois chaires de recherche du programme Sentinelle Nord de l’Université Laval – ont mené des prélèvements organiques sur 500 oies des neiges capturées durant le mois de mai 2020 à Montmagny dans la province du Québec.

C’est ensuite au sein du Laboratoire des maladies infectieuses et immunitaires du CHU de Québec-Université Laval que les experts ont conclu n’avoir trouvé aucune trace du virus chez les oies des neiges. Notons que les animaux ont été relâchés après la prise de prélèvement.

« La pandémie actuelle nous démontre l’importance de la bio-surveillance des réservoirs animaux, et une meilleure connaissance de ces virus nous informera sur de possibles futures épidémies. »Catherine Girard, chercheuse et coauteure de l’étude
L'oie des neiges...
  • peut voler à une vitesse atteignant 95 km/h
  • peut parcourir jusqu’à 1000 km lors d’un vol sans interruption
  • a des ailes pouvant atteindre 1,5 mètre d’envergure lorsqu’elles sont déployées

Source : Fédération canadienne de la faune

Dans un communiqué de presse, l’équipe indique que les chercheurs ont tous été testés « avant, pendant et après l’échantillonnage » précisant avoir pris toutes les « précautions nécessaires » afin d’éviter que les oiseaux soient contaminés.

« Ce contexte a également permis de sortir des chemins battus et d’investiguer un sujet de façon spontanée, innovatrice et en réponse directe aux demandes de partenaires autochtones. Le projet a su mobiliser des fonds et du personnel dévoué en un temps record, car il fallait tester et analyser les échantillons avant que les oiseaux arrivent dans le Nord. »Pierre Legagneux, professeur à l’Université Laval et un des responsables de l’étude

Les chercheurs ont procédé aux analyses des oies des neiges pour répondre aux inquiétudes de la population, notamment les Autochtones considérés davantage vulnérables aux maladies infectieuses respiratoires. La présence du virus SRAS-CoV-2 chez ces oiseaux migrateurs aurait pu constituer une véritable catastrophe sanitaire.

Rappelons qu’en tant que gibier l’oie des neiges contribue à la sécurité alimentaire de nombreuses communautés autochtones, aussi bien dans la région Eeyou Istchee, au Nunavik et au Nunavut. À ce titre, l’animal constitue un aliment traditionnel indissociable de l’identité et de la culture des peuples de l’Arctique.

La procédure de l’échantillonnage. (Align illustration/Université Laval)
Ismaël Houdassine, Regard sur l'Arctique

Ismaël Houdassine, Regard sur l'Arctique

Ismaël Houdassine est diplômé en journalisme de l’Université de Montréal. Il commence sa carrière comme reporter et journaliste culturel. Avant de rejoindre l’équipe de Radio-Canada, il a collaboré durant plusieurs années pour plusieurs médias, notamment l’Agence QMI et Le HuffPost.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *