Deux nouveaux cas de COVID-19 confirmés à Yellowknife

La médecin hygiéniste en chef des Territoires du Nord-Ouest, Kami Kandola. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)
Le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest a confirmé les 7e et 8e cas de COVID-19 au territoire. Il s’agit des deux cas présumés annoncés vendredi à Yellowknife.

Les autorités de la santé publique indiquent aussi avoir placé un contact en isolement.

Vendredi dernier, le gouvernement a lancé un avertissement de risque d’exposition au détachement de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et au centre d’entraînement Anytime Fitness.

Selon les autorités, plus d’une vingtaine de personnes susceptibles d’avoir été exposées au virus en raison de leur présence au centre d’entraînement au moment où s’y trouvait la personne infectée ont reçu des « conseils d’isolement appropriés ».

Bien qu’il soit indiqué dans un communiqué que les risques de transmission sont minimes, le gouvernement demande à tous les contacts de subir un test de dépistage pour le SRAS-CoV-2, le virus qui cause la COVID-19, le 22 octobre, soit 10 jours après qu’ils ont été possiblement en contact avec la personne infectée.

Il existe un risque d’exposition à la COVID-19 pour ceux qui ont visité le centre d’entraînement Anytime Fitness de Yellowknife le 12 octobre entre 15 h et 16 h 30. (Radio-Canada)
« La plupart des gens développent des symptômes de la COVID-19, au cours de la première semaine, indique le communiqué. Nous sommes aujourd’hui neuf jours après la période d’exposition au centre d’entraînement. »Communiqué du gouvernement des Territoires du Nord-Ouest

Comme les autorités ne peuvent pas savoir si tous les contacts ont été retrouvés, les avertissements de risques d’exposition dans les deux endroits resteront en vigueur jusqu’au 26 octobre pour le centre d’entraînement et jusqu’au 27 octobre pour le détachement de la GRC.

« Les chances sont très élevées que nous aurions déjà eu des patients présentant des symptômes, poursuit le communiqué. C’est un signe prometteur. »Communiqué du gouvernement des Territoires du Nord-Ouest

Comme les autorités ne peuvent pas savoir si tous les contacts ont été retrouvés, les avertissements de risques d’exposition dans les deux endroits resteront en vigueur jusqu’au 26 octobre pour le centre d’entraînement et jusqu’au 27 octobre pour le détachement de la GRC.

Faux positif à la mine Gahcho Kué

Dans un communiqué séparé, le gouvernement ténois avait annoncé mercredi après-midi avoir identifié un nouveau cas présumé à la mine de diamant Gahcho Kué située à environ 300 km au nord-est de la capitale ténoise.

À la mine de diamant Gahcho Kué, les premiers diamants ont été extraits le 30 juin 2016. (De Beers)

En conférence de presse en soirée, la médecin hygiéniste en chef du territoire, Kami Kandola, a indiqué que des tests de dépistages supplémentaires ont permis de conclure qu’il s’agissait d’un faux positif et que tous les tests des possibles contacts du cas présumé sont aussi négatifs.

Il n’y a donc aucun risque de transmission pour ce cas, ni à la mine ni à Yellowknife d’où provient le travailleur, en conclut Kami Kandola.

Mario De Ciccio, Radio-Canada

Mario De Ciccio, Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *