Le projet d’éolienne dans l’Arctique canadien crée de la discorde chez les Gwich’in

Les gouvernements fédéral et territorial ont annoncé en 2018 un financement de 40 millions de dollars pour la mise au point du premier projet d’énergie éolienne au nord du cercle arctique au pays. (Photo : William Bastille Denis/Radio-Canada)
Le Conseil tribal des Gwich’in reste en faveur de la construction d’un projet d’énergie éolienne près d’Inuvik dans les Territoires du Nord-Ouest, malgré l’opposition de sa Première Nation membre des Nihtat Gwich’in.

Le projet d’une quarantaine de millions de dollars de la société d’État, NWT Energy, doit permettre la construction d’une éolienne capable de produire de 2 à 4 mégawatts d’électricité à une douzaine de kilomètres à l’est d’Inuvik , dans le nord des T.-N.-O.

L’Office Gwich’in des terres et des eaux a attribué au projet ses permis le 27 novembre, malgré l’opposition du Conseil Nihtat Gwich’in en Cour suprême territoriale.

Les Nihtat Gwich’in prétendent que la construction de la future éolienne dans une zone de pâturage de rennes protégée depuis 1933 contreviendrait à cet accord de protection.

Le conseil estime aussi qu’un manque de consultation dans le projet vient à l’encontre de l’Entente sur la revendication territoriale globale des Gwich’in.

L’Office des terres et des eaux n’a pas accepté ces arguments dans une décision en octobre. C’est cette décision que les Nihtat Gwich’in tentent d’invalider devant la Cour suprême des T.-N.-O

Un projet bénéfique, selon le Conseil tribal

« Le projet éolien d’Inuvik pourrait apporter d’importants avantages importants à Inuvik et à la région du delta du Mackenzie grâce au développement de nos ressources naturelles renouvelables », a déclaré Ken Smith, le grand chef du Conseil tribal des Gwich’in.

Selon lui, les Gwich’in ont peu contribué à la zone de protection des rennes qui ont été importés de l’Alaska par le gouvernement fédéral en 1933.

« L’idée que les Gwich’in sont préoccupés par les rennes est fondamentalement biaisée », estime le grand chef. « Les Gwich’in dépendent principalement du caribou, et cette zone de pâturage des rennes a une influence limitée sur qui nous sommes en tant que propriétaires fonciers et titulaires de droits. »

Ken Smith remet aussi en question l’affirmation du Conseil Nihtat comme quoi ils n’ont pas été consultés sur le changement d’utilisation des terres. Selon lui, NWT Energy parle de son projet avec les Gwich’in depuis 2016.

Ken Smith espère se réunir avec les dirigeants de Nihtat pour parler du projet et de l’action en justice.

Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *