Un complexe de logements au Yukon veut révolutionner le marché dans le Grand Nord canadien

En 2022, le complexe Normandy Manor proposera 84 logements en location avec soutien aux aînés autonomes de Whitehorse. (KBC Developments)
Les gouvernements du Canada, du Yukon et de Whitehorse investissent dans un projet privé de logements locatifs pour aînés dans la capitale territoriale. Le projet Normandy Manor doit offrir 84 logements locatifs pour les aînés autonomes qui ont besoin d’un soutien quotidien léger. Ce type de logement n’existe pas au territoire.

Le gouvernement fédéral investira 34,5 millions de dollars, celui du territoire 4,5 millions de dollars, et celui de la municipalité 500 000 $ sur dix ans.

Le promoteur immobilier KBC Developements qui regroupe plusieurs entrepreneurs locaux, dont Northern Vision Developement (NVD), entend rembourser au moins 25 millions de dollars à Ottawa.

La ministre de la Santé et des Affaires sociales du Yukon, Pauline Frost, (à droite) en compagnie du maire de la Ville de Whitehorse, Dan Curtis, lors de l’annonce du financement du projet Normandy Manor. (Gouvernement du Yukon)

La ministre de la Santé et des Affaires sociales du Yukon, Pauline Frost, affirme que ce type de projet répond aux recommandations émises dans le récent plan d’action Vieillir chez soi.

« Il s’agit d’une lacune dans le continuum en matière de logements. Nous savons que les aînés font face à un moment dans leurs vies quand l’entretien de leur maison ou de leur logement est trop exigeant ou qu’ils ont besoin d’aide pour leurs activités quotidiennes, mais ne sont pas prêts pour des soins de longue durée. »Pauline Frost, ministre de la Santé et des Affaires sociales, Yukon

La fin de la construction du complexe dans le quartier Takhini de Whitehorse est prévue pour l’an prochain.

Le tiers des 84 habitations seront des logements abordables avec un prix de location fixé à 80 % du loyer moyen à Whitehorse. De celles-ci, dix unités seront réservées pour les clients de la Société de logements du Yukon.

Le président du Conseil du Yukon sur le vieillissement, Doug MacLean, affirme que les aînés ont été consultés pour la conception du projet et que le résultat s’avère prometteur.

« Le projet s’inscrit bien dans l’objectif de créer des communautés amies des aînés au Yukon », dit-il. « Cela permet également aux Yukonnais de vieillir sur place sans avoir à quitter leur communauté. »

Des besoins en croissance exponentielle

D’ici 2040, le gouvernement du Yukon anticipe une augmentation de 106,5 % du nombre d’aînés de 65 ans et plus. Déjà, au cours des 10 dernières années, cette tranche de la population a pratiquement doublé avec une augmentation de 91,8 %.

À l’heure actuelle, 144 aînés de 65 ans ou plus sont en attente d’un logement, selon la Société de logements du Yukon.

Depuis quelques années, le gouvernement du Yukon cherche à mieux répondre aux besoins des habitants de cette tranche d’âge et la ministre Pauline Frost a tenu à encourager d’autres promoteurs immobiliers intéressés par un partenariat à se manifester, particulièrement dans les collectivités rurales.

En 2018, un sommet intitulé Vieillir au Yukon a rassemblé 200 personnes pour élaborer des orientations aux politiques du gouvernement territorial. (Claudiane Samson/Radio-Canada)

Le Normandy Manor offrira des services d’entretien ménager ainsi que la préparation de repas. L’édifice sera sécurisé et du personnel sera en place à toute heure du jour. Par contre, aucun service médical ne sera offert sur place.

Soixante-dix des logements seront des appartements d’une chambre à coucher, quatre auront deux chambres à coucher et dix seront des studios.

Le président et chef de l’exploitation de NVD, Michael Hale, est d’avis que ce projet est novateur sur plusieurs aspects, que ce soit le partenariat financier ou la clientèle visée.

« Vous entendez parfois parler d’un bâtiment à usage mixte, ce projet en est un. L’un des premiers qu’on peut réellement [appeler ainsi]. Nous en sommes très fiers. »

Michael Hale, président et chef de l’exploitation de NVD

Des bémols

Isabelle Salesse, directrice générale de l’Association franco-yukonnaise, soulève de son côté deux préoccupations entourant, d’une part, l’abordabilité des logements et de l’autre, la qualité des services offerts.

« Il va falloir être certain de mettre en place une réglementation qui va couvrir ces résidences privées parce qu’on a vu pendant la crise de COVID [ailleurs au pays], ça peut devenir rapidement un cauchemar », souligne-t-elle.

La directrice, pour qui les aînés francophones sont une priorité, affirme par ailleurs qu’il faudra davantage de logements et rapidement puisque la tendance actuelle laisse entendre qu’en 2030, le quart de la population du territoire sera du troisième âge.

Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *