La fonte dans l’Antarctique pourrait faire monter le niveau des mers plus haut qu’on ne le pensait

Une nouvelle étude, dirigée par des scientifiques de l’Université de Harvard, révèle que les prévisions antérieures sont trop optimistes. (Alessandro Dahan/Getty Images)
La disparition éventuelle de la calotte glaciaire de l’Antarctique associé à l’élévation du niveau des océans serait largement sous-estimée par les anciennes données, selon une récente étude menée par une équipe de l’Université Harvard. Le réchauffement climatique accélère la fonte à un rythme encore plus grave.

D’après les projections des experts, la hausse du niveau de la mer causé par le réchauffement climatique sera beaucoup plus élevée que prévu. L’étude publiée dans la revue Science Advances présente de nouvelles analyses établies sur des observations de la calotte glaciaire de l’Antarctique sur son versant occidental.

Dans le cas d’un effondrement total de la calotte glaciaire, les estimations de l’élévation du niveau de la mer à l’échelle mondiale seraient amplifiées d’un mètre supplémentaire, soit environ 3 pieds, au courant du millénaire.

« L’ampleur des chiffres nous a choqués », a déclaré dans la publication universitaire Harvard Gazette, Linda Pan, doctorante en sciences de la Terre et des planètes et co-autrice de l’étude. « Les précédents rapports de recherche, basés sur la modélisation du climat, n’avaient pas pris en compte un phénomène que nous avons observé le pensant probablement sans conséquence ».

Ce phénomène baptisé « mécanisme d’expulsion de l’eau » se déroule lorsque la fonte de la calotte glaciaire fait apparaitre à la surface la matière rocheuse de l’Antarctique qui était alors située sous le niveau de la mer. Le processus qui fait fondre de l’eau supplémentaire s’ajoute à celle qui rejoint les océans élevant par conséquent encore plus le niveau de la mer.

« Quel que soit le scénario utilisé en ce qui concerne la fonte de la calotte glaciaire de l’Antarctique, nous avons toujours constaté que cette augmentation supplémentaire d’un mètre du niveau global de la mer avait lieu. »Linda Pan, co-autrice de l'étude

Si la calotte glaciaire de l’Antarctique occidental venait à disparaitre, la communauté scientifique admet généralement une élévation du niveau moyen des océans à l’échelle planétaire de 3,2 mètres, indique l’étude. Mais d’après les nouveaux calculs des chercheurs de l’Université d’Harvard, il faudrait ajouter à ces chiffres déjà très inquiétants un mètre supplémentaire. »

Toutes les projections publiées sur l’élévation du niveau de la mer d’ici la fin du siècle ou à plus long terme vont devoir être revues à la hausse en raison de ces nouveaux pronostiques, a affirmé Jerry X. Mitrovica, professeur au Département des sciences de la Terre et planétaires de l’Université Harvard et auteur principal de la publication.

De son côté, Linda Pan rappelle que l’élévation du niveau de la mer ne s’arrête pas lorsque la glace cesse de fondre. « Les dégâts que nous causons à nos côtes vont se poursuivre pendant des siècles. »

Ismaël Houdassine, Regard sur l'Arctique

Ismaël Houdassine est diplômé en journalisme de l’Université de Montréal. Il commence sa carrière comme reporter et journaliste culturel. Avant de rejoindre l’équipe de Radio-Canada, il a collaboré durant plusieurs années pour plusieurs médias, notamment l’Agence QMI et Le HuffPost.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.