Le Canada annonce la construction de deux nouveaux brise-glaces polaires

Le futur brise-glace polaire du Canada. (Vard)
Le gouvernement Trudeau annoncera aujourd’hui qu’il ira de l’avant avec la construction de deux brise-glaces polaires. Des sources gouvernementales confirment à Radio-Canada ce changement de cap, alors qu’un seul navire était prévu jusqu’ici pour renforcer la souveraineté du Canada dans l’Arctique.

« Nous avons réévalué les besoins pour le Grand Nord », a confié une source proche du dossier. « Ce seront deux brise-glaces polaires parce qu’il y a un grand besoin. »

Le gouvernement libéral confirmera en début d’après-midi que le travail sera divisé en deux. Le chantier québécois Davie et celui de Seaspan, en Colombie-Britannique, hériteront chacun d’un brise-glace.

Des sources au sein du gouvernement ont indiqué à Radio-Canada que le contrat du brise-glace polaire au Québec est conditionnel à la conclusion des négociations visant à faire officiellement de Davie le troisième chantier de la stratégie navale fédérale.

Une annonce économique et politique
Une partie des installations du chantier maritime Davie, à Lévis, au Québec. (Marc Godbout/Radio-Canada)

Avec ces futurs contrats de plusieurs milliards de dollars et à quelques mois de possibles élections fédérales, cette annonce permet au gouvernement libéral de mettre le couvercle sur la marmite d’un dossier politiquement bouillant.

L’enjeu avait récemment donné lieu à un bras de fer interprovincial au sein du gouvernement Trudeau.

Il y a deux ans, le gouvernement fédéral avait rayé le projet du seul brise-glace polaire, le John G. Diefenbaker, du carnet de commandes de Seaspan de Vancouver. Ottawa avait pris cette décision en raison notamment des retards importants au chantier et des conflits d’horaires dans la production.

La Davie avait alors considéré que le projet de construction lui revenait. Les pressions venant du Québec en faveur du chantier de Lévis n’ont jamais cessé.

Récemment, un groupe de ministres québécois s’est activé pour bloquer une offensive de collègues d’autres provinces en faveur d’un retour dans la course de Seaspan, ce qui aurait eu pour effet de réduire grandement les chances de la Davie d’obtenir ce contrat lucratif.

L’hélice d’un brise-glace en cale sèche. (Marc Godbout/Radio-Canada)

Le chantier québécois n’a pas voulu s’exprimer sur le contenu de l’annonce d’aujourd’hui. Des sources confirment que les dirigeants des deux chantiers ont dû signer des ententes de non-divulgation pour limiter les risques de fuites d’information.

Davie a maintes fois répété que la construction d’un brise-glace polaire lui permettrait de créer plus de 1300 emplois sur le chantier et de 1200 autres auprès d’entreprises sous-traitantes.

Et la facture ?

Jamais le gouvernement fédéral n’a commandé d’aussi gros navires.

Presque 12 ans se sont écoulés depuis l’annonce de la construction du Diefenbaker. Lancé par le gouvernement de Stephen Harper, le projet devait permettre la mise à l’eau du nouveau navire en 2017. Le Diefenbaker devait remplacer le plus grand brise-glace de la Garde côtière canadienne, le Louis S. St-Laurent, qui est en service depuis plus d’un demi-siècle.

Mais pour plusieurs experts, le Diefenbaker est rapidement devenu le symbole d’une stratégie navale qui allait dériver.

La question est maintenant de savoir combien coûtera la construction de deux brise-glaces polaires.

La facture du Diefenbaker avait déjà explosé. Les coûts du futur navire, d’abord évalués à 720 millions de dollars, avaient été révisés à 1,3 milliard de dollars en 2017.

Mais des sources bien au fait du dossier estimaient, en décembre dernier, que le prix d’un seul brise-glace polaire frôlait maintenant les 2 milliards de dollars.

su_note note_color= »#FFFFff »]À lire aussi :

[/su_note]
Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.