Remplacement de cinq aérogares dans le Grand Nord canadien

Le remplacement des cinq aérogares est devenu nécessaire à cause de leur désuétude et de leur taille insuffisante. (Claudiane Samson/Radio-Canada)

Le gouvernement fédéral a annoncé lundi une enveloppe supplémentaire pour financer un projet de remplacement de cinq aérogares au Nunavut dans le Grand Nord canadien.

Leur remplacement est devenu nécessaire à cause de leur désuétude et de leur taille insuffisante.

Il s’agit des aérogares des communautés de Kugluktuk, Naujaat, Kimmirut, Whale Cove et Chesterfield Inlet dans le Nunavut.

Le financement supplémentaire s’ajoute aux 22,5 millions de dollars de départ, selon un communiqué du gouvernement canadien qui n’a pas indiqué les nouveaux montants.

Dans la foulée de cette annonce, le ministre des Affaires du Nord, Dan Vandal, a présenté un autre projet d’une valeur de 30 millions.

Il consiste en la construction « de nouveaux hangars pour de l’équipement lourd essentiel aux opérations aériennes et permettant l’entreposage du fret dans les communautés d’Arviat, Kugaaruk, Taloyoak, Gjoa Haven, Kugluktuk, Pond Inlet et Grise Fiord ».

Le transport aérien est essentiel au Nunavut pour l’expédition de biens et l’accès à des services essentiels, ainsi que pour les déplacements. C’est pourquoi le gouvernement du Canada a continué d’appuyer les compagnies aériennes régionales dans le Nord et dans l’Arctique afin de maintenir les chaînes d’approvisionnement et le service aérien tout au long de la pandémie de COVID-19. Grâce à cet investissement, le gouvernement du Canada appuie des projets qui aideront à répondre aux besoins uniques et urgents en matière de transport dans les aéroports régionaux du Nord et de l’Arctique.Dan Vandal, ministre des Affaires du Nord

Pour le gouvernement canadien, il n’y a aucun doute que « l’amélioration des infrastructures appuie et stimule la croissance économique et le développement social, crée des possibilités d’emploi, offre de meilleures liaisons aux habitants du Nord, accroît la résilience de l’Arctique et du Nord face à un climat en plein changement, et s’assure de leur capacité à s’adapter à des technologies innovantes ».

Avec les informations du gouvernement du Canada

Samir Bendjafer, Regard sur l'Arctique

Samir Bendjafer est détenteur d'un bacalauréat en informatique de l'Université de Bab Ezzouar (Alger) et d'un diplôme en journalisme de l'Université de Montréal. En 1997, il entame sa carrière de journaliste en Algérie en pleine révolution internet dans les journaux , avant le passage au journalisme 2.0 et les médias sociaux. A partir de 2005, Il a travaillé comme correspondant de presse basé à Montréal tout en publiant régulièrement dans les médias locaux montréalais. Sa curiosité et son penchant naturel à aller au-delà des apparences sont à la base de sa passion pour le journalisme.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.