Des scientifiques lancent un appel au grand public pour compter les morses en Arctique

Le repos sur la terre ferme – par opposition à la glace de mer – peut également obliger les morses à nager plus loin et à dépenser plus d’énergie pour atteindre leur nourriture, déclarent les scientifiques. (iStock)
La communauté scientifique a besoin de votre aide. Le Fonds mondial pour la nature (WWF) et le British Antarctic Survey (BAS) sollicitent l’aide du public afin d’identifier des morses dans des milliers d’images satellites prises depuis l’espace.

Ce projet de recherche baptisé en anglais Walrus from Space (Morses depuis l’espace) a pour objectif d’en savoir plus sur les conséquences de la crise climatique sur l’espèce de mammifère.

« Le morse est soumis à la réalité de la crise climatique : leur habitat arctique se réchauffe presque trois fois plus vite que le reste du monde, et environ 13 % de la glace de mer estivale disparaît chaque décennie », a déclaré par voie de communiqué le WWF.

Les scientifiques ont donc besoin d’un demi-million de « défenseurs de l’environnement en herbe » dans le monde entier pour participer à l’initiative qui consiste à recenser les morses de l’Atlantique et de la mer de Laptev, grâce à d’images satellites fournies par DigitalGlobe de la société Maxar Technologies.

« Depuis le confort de leur foyer, les participants peuvent étudier les images satellites en ligne, repérer les zones où les morses s’échouent sur la terre ferme, puis les compter. »Fonds mondial pour la nature (WWF)
Les scientifiques comptent sur la participation citoyenne pour compter le nombre de morses dans les régions arctiques. (gouvernement de la région autonome de Yamalo-Nenets/Reuters)

Les données recueillies dans le cadre de ce recensement des morses de l’Atlantique et de Laptev permettront aux experts de se faire une idée « plus précise » de l’état de chaque population, sans perturber les animaux. Les données permettront également d’éclairer les décisions de gestion visant les efforts de conservation de l’espèce, soutient le WWF.

L’organisme rappelle que les morses utilisent la glace de mer pour se reposer et pour donner naissance à leurs petits. À mesure que la glace de mer diminue, un plus grand nombre de morses sont contraints de se réfugier sur la terre ferme, se rassemblant pour pouvoir se reposer.

« Les plages surpeuplées peuvent avoir des conséquences fatales. Les morses sont facilement effrayés, et lorsqu’ils sont effrayés, ils se précipitent vers l’eau, se piétinant les uns les autres dans leur panique », ajoute le Fonds mondial pour la nature.

En outre, les morses peuvent également être perturbés par le trafic maritime et le développement industriel, comme la perte de la glace de mer rend l’Arctique plus accessible. Les scientifiques tirent déjà la sonnette d’alarme, car selon eux, il est presque certain que les morses seront touchés par la crise climatique, qui pourrait entraîner un déclin important de leur population.

Ismaël Houdassine, Regard sur l'Arctique

Ismaël Houdassine est diplômé en journalisme de l’Université de Montréal. Il commence sa carrière comme reporter et journaliste culturel. Avant de rejoindre l’équipe de Radio-Canada, il a collaboré durant plusieurs années pour plusieurs médias, notamment l’Agence QMI et Le HuffPost.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.