L’eau potable d’Iqaluit dans le Grand Nord canadien est conforme aux normes canadiennes, selon la Ville

La Ville d’Iqaluit affirme que l’eau de l’aqueduc municipal respecte désormais les recommandations canadiennes pour la qualité de l’eau potable, mais elle attend que la santé publique territoriale valide cette information. (Matisse Harvey/Radio-Canada)
Réunie en conseil municipal d’urgence, mardi, la Municipalité d’Iqaluit affirme que l’eau de la ville respecte désormais les recommandations canadiennes pour la qualité de l’eau potable. Elle attend toutefois que le médecin hygiéniste en chef du Nunavut confirme cette information avant que l’avis de non-consommation de l’eau soit levé.

« Le centre de traitement de l’eau fonctionne bien », affirme la directrice générale d’Iqaluit, Amy Elgersma.

Les 8000 résidents de la capitale du Nunavut sont privés d’eau du robinet depuis que les autorités ont découvert la présence de carburant dans l’un de ses réservoirs souterrains.

Dans les prochains jours, l’équipe de la ville, qui comprend des ingénieurs hydrauliques, des experts et le personnel municipal, soumettra à la santé publique la documentation requise pour démontrer que tout est conforme.

Depuis la mi-octobre, les résidents d’Iqaluit doivent s’approvisionner en eau embouteillée ou consommer de l’eau bouillie puisée à même la rivière Sylvia Grinnell. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)

Il sera ensuite du ressort du médecin hygiéniste en chef, Michael Patterson, de décider si l’avis de non-consommation de l’eau peut être levé.

Amy Elgersma a aussi indiqué qu’une station de surveillance des eaux avait été installée, testée et calibrée. Cette installation doit permettre de mesurer les niveaux d’hydrocarbures dans le réseau d’eau potable d’Iqaluit.

« Les ingénieurs de la ville préparent des relevés pour être en mesure de présenter les données […] au public », a-t-elle mentionné, en précisant que ces résultats seront rendus publics chaque semaine.

Jeudi, la Ville a prié les résidents desservis par des services de canalisation de nettoyer et de rincer leur réseau résidentiel, en fonction de leur secteur.

L’armée met la main à la pâte

Pendant ce temps, les Forces armées canadiennes installent depuis lundi deux unités de purification de l’eau par osmose inversée dans la rivière Sylvia Grinnell.

L’équipe des Forces armées canadiennes a reçu le feu vert de la Ville pour pomper de l’eau depuis la rivière Sylvia Grinnell, près d’Iqaluit. (David Gunn/CBC)

Ce système de traitement des eaux portatif est semblable à ceux utilisés lors de catastrophes naturelles ou de crises humanitaires. Les deux unités pourront traiter jusqu’à environ 180 000 litres d’eau par jour.

Dans un échange de courriels, une officière supérieure des Forces armées, Susan Magill, signale toutefois que son équipe n’est pas parvenue à compléter l’installation mardi en raison de vents violents.

« Les résidents pourront se rendre dans trois lieux de remplissage à différents endroits d’Iqaluit pour remplir leurs bidons d’eau qui n’aura pas besoin d’être bouillie », a dit la directrice générale de la Ville.

Matisse Harvey, Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur l'Arctique canadien, visitez le site d'ICI Grand Nord.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.