Près de Whitehorse dans le Grand Nord canadien, une faune parfois surprenante bien surveillée

Les caméras installées par la Société pour la nature et les parcs du Canada (SNAP) à McIntyre Creek au cours de l’été ont photographié des ours et d’autres animaux sauvages. L’organisation étudie les effets de l’activité humaine dans la région. (Snap Yukon)
La Société pour la nature et les parcs (SNAP) du Canada cherche à comprendre l’impact des humains pour les animaux sauvages dans la région de Whitehorse.

Entre mai et septembre, le bureau yukonnais de cet organisme de conservation de la nature a installé 41 caméras à McIntyre Creek, une zone de 42 kilomètres carrés qui traverse des parties de Whitehorse et qui attire de nombreux habitants pour les activités de plein air.

Selon Maegan Elliott, la coordonnatrice à la conservation de la SNAP, l’équipe veut pallier le manque de connaissances en ce qui concerne différents points : de quelle façon les différentes espèces d’animaux sauvages utilisent-elles ce corridor faunique, à quelle période de l’année et de quelle façon l’activité humaine peut-elle avoir un effet sur elles?

Les caméras installées par la SNAP ont enregistré le passage de plusieurs espèces communes comme les cerfs mulets, les coyotes et les renards. (SNAP Yukon)

McIntyre Creek joue un rôle de corridor faunique : les animaux sauvages y transitent pour se rendre dans la nature autour de la ville en toute sécurité.

« C’est assez formidable d’ouvrir une caméra, c’est un peu comme le matin de Noël, lorsqu’on ouvre les cadeaux », explique Maegan Elliott.

Les orignaux ont été observés à diverses reprises, ce qui a surpris Maegan Elliott de la SNAP du Yukon. (SNAP Yukon)

« On pensait, à l’origine, que les orignaux étaient plus fréquents dans la région en hiver et qu’ils étaient plutôt rares en été. Mais, en fait, nous avons eu un certain nombre d’orignaux et même des mamans avec des bébés dans certaines des parties les plus fréquentées de la région », ajoute Mme Elliott.

Ni le loup solitaire ni les ours n’ont été pris en photo près de zones fréquentées, selon Maegan Elliott. (SNAP Yukon)

Les caméras ont aussi pris des photos de grizzlis et d’ours noirs, ainsi que d’un loup solitaire et de martres des pins.

Les résultats sont partagés avec d’autres parties prenantes. (SNAP Yukon)

Selon Maegan Elliott, il est encore trop tôt pour tirer des conclusions à la suite des données récoltées. Toutefois, les résultats seront transmis à la Ville de Whitehorse, à des scientifiques et aux gouvernements des Premières Nations.

L’organisme a aussi commencé à relever les traces d’animaux dans la neige pour comprendre de quelle façon la zone est utilisée l’hiver.

Une martre des pins (SNAP Yukon)

Mme Elliott encourage tous les usagers à être attentifs lorsqu’ils se rendent à McIntyre Creek, particulièrement au moment où la Ville révise son plan municipal communautaire (en anglais), qui présente une vision à long terme pour la zone.

Avec les informations de Joseph Ho

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.