Les poupées franco-yukonnaises font leur entrée au Centre des arts du Yukon dans le Grand Nord canadien

L’artiste Cécile Girard a accompagné les participantes du projet « De Fil en histoire » dans la création de leurs poupées, mais raconte qu’elles se sont vite approprié leur personnage et ont tissé «un lien très fort qui dépasse la création artistique». (Vincent Bonnay/Radio-Canada)
Pour célébrer les 150 ans du Canada, l’Association franco-yukonnaise (AFY) avait créé « De fil en histoire », un projet communautaire qui visait à recréer, sous forme de poupées, les personnages francophones qui ont marqué l’histoire du territoire. Ces dernières vont être préservées en s’ajoutant à la collection permanente du Centre des arts du Yukon.

Avec ces 14 poupées, ce sont autant de destins, de morceaux d’histoire de la francophonie, toutes époques confondues, qui s’installent dans les vitrines.

Émilie Fortin-Tremblay, la première femme blanche à avoir passé le col de Chilkoot en 1894, Marie Beaudin, qui a échappé à un naufrage en rencontrant l’amour sur le quai de la gare de Whitehorse en 1918, et le fondateur de Mayo, Joseph Eugène Binet, côtoient donc Léo Martel, propriétaire du regretté Hotel Keno ou encore Jeanne Beaudouin, l’ancienne présidente et directrice de l’AFY qui a oeuvré pour la francophonie.

« On trouve autant de personnages actuels que du temps de la ruée vers l’or ou des années 1950 », explique l’artiste Cécile Girard.

L’AFY a communiqué avec elle en vue de réaliser ce projet. Forte de plus de 50 années d’expérience en création de poupées, elle avait pour mission de guider les membres de la communauté dans leurs travaux d’aiguille.

Elle explique qu’une fois réalisées, les poupées devaient partir avec leurs créatrices, mais que l’histoire en a voulu autrement.

« Quand on les a vues toutes ensemble, l’Association franco-yukonnaise a pensé qu’elle formait tellement une belle famille que ce serait génial de pouvoir les conserver toutes ensemble. »

Les apprenties couturières ont accepté de ne pas les séparer et, quelques années plus tard, elles se retrouvent dans un bel écrin.

La directrice de l’AFY, Isabelle Salesse, voit cette exposition comme une sorte d’entrée au temple de la renommée du Yukon pour les personnages importants de la francophonie yukonnaise. « C’est un message fort. »

Cela veut dire qu’on nous prend au sérieux et que c’est important aussi l’histoire des francophones au Yukon. C’est un bel accomplissement. et le fait que cela fasse partie de la collection permanente, ces poupées-là vont être protégées, ce sont des professionnels qui les ont entre leurs mains et c’est très bien.Isabelle Salesse, directrice de l'Association franco-yukonnaise

« Ça me rend infiniment heureuse », confie Cécile Girard. Au-delà du fait d’entrer au musée, elle sait que la collection est itinérante et que les poupées iront à la rencontre des communautés dans une forme de « célébration de la francophonie qui va durer longtemps ».

Vincent Bonnay, Radio-Canada

Vidéojournaliste au Yukon pour Radio-Canada

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.