Les scientifiques russes préparent une expédition dans l’Arctique sous le patronage de la société des métaux Norilsk

Un déversement de plus de 21 000 tonnes de carburant, qui, selon les écologistes, est le plus important jamais enregistré dans l’Arctique, a eu lieu après l’effondrement d’un réservoir de carburant dans une centrale électrique exploitée par une filiale du géant des métaux Norilsk. (Irina Yarinskaya/Zapolyarnaya pravda newspaper/AFP/Getty Images)
En 2022, des scientifiques de l’Académie des sciences de Russie mèneront des recherches à grande échelle sur la biodiversité dans l’Arctique. Le projet est soutenu par Norilsk, la société russe spécialisée dans l’exploitation et la transformation du nickel dans l’extrême nord du pays.

« Nous avons été heureux d’accepter l’invitation de Norilsk afin de mener des études de base sur la biodiversité, a déclaré à l’agence de presse russe TASS, Viktor Glupov, chef du projet et directeur de l’Institut de systématique et d’écologie des animaux. C’est une expédition unique. Rien de tel n’a été organisé depuis l’effondrement de l’Union soviétique. »

Selon Stanislav Seleznev, vice-président de Norilsk Nickel chargé de l’écologie et de la sécurité industrielle, les études à venir seraient d’une ampleur sans précédent. Il a assuré à l’agence TASS que les recherches seront en conformité avec les principales normes internationales sans donner plus de détails.

« Je suis sûr que ces études apporteront une contribution majeure au développement scientifique du pays et constitueront la base du système d’entreprise pour gérer les impacts sur la biodiversité », a-t-il ajouté.

Selon les organisateurs, l’expédition est unique en son genre puisqu’elle inclura l’étude d’écosystèmes encore peu connus de l’Arctique russe à l’intérieur de territoires aux conditions climatiques extrêmes, notamment sur la péninsule de Kola, dans la partie nord de la région de Krasnoïarsk et dans celle du Trans-Baïkal.

Les recherches multidisciplinaires qui se poursuivront tout au long de l’année 2022 réuniront des équipes d’experts russes et internationaux. L’agence de presse TASS rappelle qu’en 2020, une autre « grande expédition scientifique » avait été menée dans la péninsule de Taïmyr pour y évaluer l’impact sur l’environnement du déversement de carburant près de Norilsk.

Ismaël Houdassine, Regard sur l'Arctique

Ismaël Houdassine est diplômé en journalisme de l’Université de Montréal. Il commence sa carrière comme reporter et journaliste culturel. Avant de rejoindre l’équipe de Radio-Canada, il a collaboré durant plusieurs années pour plusieurs médias, notamment l’Agence QMI et Le HuffPost.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.