Quelque 124 millions $ pour développer Internet haute vitesse au Nord-du-Québec

Le village de Kuujjuaq, au Nunavik (Frédéric Tremblay/Radio-Canada)
Ce sont 123,9 millions de dollars qui viennent s’ajouter pour brancher l’ensemble des communautés du Nord-du-Québec à Internet haute vitesse, selon une annonce conjointe des gouvernements provincial et fédéral et de l’Administration régionale Kativik, la semaine dernière.

Cette somme s’additionne ainsi aux 125 millions de dollars investis au cours des quatre dernières années pour que 10 des 14 communautés nordiques aient accès à ce service essentiel.

Sur les 123,9 millions de dollars qui viennent d’être annoncés, 79,9 millions serviront à offrir un accès à Internet haute vitesse aux communautés inuit d’Akulivik, d’Ivujivik, de Salluit et de Kangiqsujuaq d’ici 2024, grâce au prolongement du réseau de base à fibre optique sous-marine. 

Une infrastructure à fibre optique sous-marine a déjà été aménagée le long de la côte est de la baie d’Hudson. La nouvelle phase consiste à prolonger ce lien vers le nord.

Cet argent provient du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC), d’Innovation, Sciences et Développement économique Canada, de la Société du Plan Nord, du ministère du Conseil exécutif et de l’Administration régionale Kativik.

Quelque 29 millions serviront quant à eux à construire le réseau de fibre optique entre le village de Kawawachikamach, près de Schefferville, et Kuujjuaq.

Cela permettra de desservir les 1119 foyers de Kuujjuaq, la plus grande communauté du Nunavik. Le projet doit offrir une capacité de 10 gigabits par seconde, un débit suffisant pour un accès Internet haute vitesse conforme à la norme minimale exigée par le CRTC, peut-on lire dans le communiqué diffusé lors de la conférence de presse virtuelle conjointe entre les représentants du fédéral, du provincial et de l’Administration régionale Kativik.

L’annonce prévoit aussi 5,9 millions de dollars pour le réseau de communication par satellite.

Une question d’équité

Les communautés nordiques et d’autres régions éloignées réclament depuis longtemps un accès à Internet rapide et fiable, qui passe par un lien de fibre optique.

L’investissement « permettra d’améliorer la télésanté, l’éducation, la justice et l’égalité globale des expériences numériques. L’accès à une connexion Internet de qualité ne devrait pas être entravé par l’éloignement des communautés », affirme dans le communiqué Lucy Kumarluk, vice-présidente à l’Administration régionale Kativik.

« J’ai pu le constater durant ma tournée des communautés du Nunavik, l’accès à une connexion stable et de qualité a plusieurs impacts, sur les soins de santé, les services judiciaires ou l’éducation à la maison et pour la qualité de vie des Nunavimmiut », a écrit sur Twitter le ministre des Affaires autochtones du Québec, Ian Lafrenière.

La population du Nunavik s’élève à plus de 13 000 personnes, soit 4500 foyers, réparties dans 14 communautés le long des côtes et accessibles par la voie des airs.

Ce rehaussement de réseau fait partie du Plan d’action nordique 2020-2023 du gouvernement du Québec et de l’Opération haute vitesse. Il s’inscrit aussi dans les objectifs du Fonds pour la large bande universelle du gouvernement fédéral.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.