Le sommet des arts de l’Arctique s’ouvre dans le Nord canadien

Le sommet des arts de l’Arctique s’est ouvert à Whitehorse le 27 juin. (Vincent Bonnay/Radio-Canada)
Pendant cinq jours, le sommet des arts de l’Arctique de Whitehorse, au Yukon, accueille les acteurs du secteur des arts du Nord circumpolaire pour des conférences.

Le sommet rassemble des créateurs, des organisations artistiques et des décideurs politiques de tout le Nord circumpolaire afin qu’ils puissent, notamment, discuter des problématiques et enjeux qui les touchent lors de séminaires, de tables rondes, de performances, de films et de représentations artistiques.

Lundi, après un feu sacré, les premiers discours ont été prononcés au centre culturel Kwanlin Dün, où a lieu l’événement. Mary Simon a été accueillie par une ovation lorsqu’elle a pris la parole. Elle a commencé son allocution en inuktitut.

La gouverneure générale du Canada a tenu à souligner l’importance des artistes et des personnes qui soutiennent les arts. « Vous construisez des ponts, vous êtes ouverts à de nouvelles idées et vous partagez ce que vous êtes avec les autres en vous accrochant à votre identité. »

Les artistes sont des reflets de notre culture. Ils mettent une lumière sur des problématiques qui ont des impacts sur nos communautés jour après jour.Mary Simon, gouverneure générale du Canada

Doris Bill, la chef de la Première Nation Kwanlin Dün, et Mary Simon, la gouverneure générale du Canada, lors d’une prière à l’ouverture du sommet des arts de l’Arctique. (Vincent Bonnay/Radio-Canada)

Doris Bill, la chef de la Première Nation Kwanlin Dün, a affirmé avoir toujours soutenu les arts dans son parcours de leader autochtone.

« Il fut un temps de notre histoire où une grande partie de notre culture et de nombreuses autres capacités artistiques étaient réduites au silence […] Nous aurions pu tout perdre et je suis à jamais reconnaissante à nos aînés d’avoir veillé à ce que cela ne se produise pas et d’avoir continué à partager leurs compétences et leurs connaissances. »

Elle rappelle que l’art est une part intégrante de la préservation des cultures autochtones et qu’il est aussi un outil essentiel pour les échanges culturels, pour l’éducation et pour l’expression.

Coopération entre les nations nordiques

L’objectif est de « créer des occasions de coopération et de collaboration circumpolaires », explique Sophie Tremblay-Morissette, la gestionnaire des arts pour le gouvernement du Yukon et organisatrice principale du sommet. « Nous voulons rassembler les gens pour qu’ensemble ils puissent échanger, partage0r et vivre une expérience. Nous espérons que beaucoup de bonnes choses pourront en ressortir. »

Frederik Österling a fait le voyage depuis le nord de la Suède. Il dit ressentir une énergie fantastique et est heureux de rencontrer ses « frères et soeurs autochtones ».

Celui qui est directeur du parlement suédois Sami explique être ici surtout pour apprendre des autres, faire connaître sa culture et voir comment répondre au défi commun de préservation des cultures et des langues autochtones. « C’est très important ce genre de rassemblement, nous nous nourrissons de la force les uns des autres. »

Frederik Österling est le directeur du Parlement suédois Sami et a fait le déplacement depuis l’Europe pour assister au sommet des arts de l’Arctique. (Maya Lach Aidelbaum/CBC)

Pour l’Inuk Nakasuk Alariaq, la cérémonie d’ouverture était chargée en émotion, c’était la première fois que cette doctorante en histoire de l’art, originaire de Cape Dorset au Nunavut, voyait Mary Simon en vrai.

« Savoir qu’elle est ici, cela signifie que nos voix sont entendues. »

Ce sommet des arts de l’Arctique est le troisième de l’histoire. Le premier s’est tenu en Norvège en 2017, et le second deux ans plus tard en Finlande. Whitehorse devait être la ville hôtesse en 2021, mais la pandémie de COVID-19 a contrecarré les plans.

Au total, plus de 300 délégués de tout le Canada, des États-Unis et de Scandinavie sont attendus. Selon Sophie Tremblay-Morissette, de nombreux participants sont des représentants des gouvernements ou des « personnes qui pourront prendre des décisions et apporter des changements en fonction de ce qu’elles entendent ».

Si le sommet est majoritairement réservé aux délégués, plusieurs événements sont organisés pour le public et le programme est disponible sur le site Internet du sommet.

Les dates du sommet coïncident également avec un autre événement majeur, autre grande vitrine des arts et de la culture autochtone au Yukon : le festival Adäka. Il fera son grand retour mercredi, le dernier jour du sommet des arts de l’Arctique, après deux ans d’absence.

Avec les informations de Dave White, Paul Tukker, Vincent Bonnay et Maya Lach Aidelbaum

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.