Jeux d’été du Canada : premières victoires des équipes du Nunavut au volleyball de plage

Les équipes du Nunavut en volleyball de plage ont remporté leurs premières victoires aux Jeux d’été du Canada, lundi et mardi. De gauche à droite : Talia Grant, Shawna Kyak, Ian McDonald et Aiden Anawak. (Rob Tomyn)
L’absence de plages et d’espaces extérieurs pour s’entraîner n’a pas freiné les équipes féminines et masculines du Nunavut en volleyball de plage de remporter, lundi et mardi, leurs premiers matchs aux Jeux d’été du Canada, à Niagara, en Ontario.

Ian McDonald et Aiden Anawak ont gagné 18-21, 21-16 et 15-12 contre l’équipe du Yukon mardi. L’équipe féminine, formée de Talia Grant et de Shawna Kyak, a vaincu la veille les Yukonnaises en deux manches identiques de 21-13.

« Ça a été un bon match », a dit Kyak, 21 ans.

La joueuse d’Iqaluit faisait partie depuis 2017 de l’équipe de volleyball en salle, avant que le sable pique sa curiosité. « Au début, c’était vraiment difficile. Courir dans le sable, sans oublier le soleil et la chaleur », a-t-elle indiqué en se remémorant des entraînements dans le sud du pays.

Talia Grant et Shawna Kyak représentent le Nunavut en volleyball de plage aux Jeux d’été du Canada, à Niagara, en Ontario. (Rob Tomyn)

Grande délégation de Nunavummiut

Le chef de mission de Team Nunavut, Jeff Seeteenak, souligne par ailleurs que le contingent de cette année n’avait jamais été aussi important. Une soixantaine de personnes de 15 communautés forment la délégation d’athlètes, d’entraîneurs et de personnel de soutien. « C’est excitant pour nous, assure-t-il. Ça montre que nous progressons. »

Hormis le volleyball, le Nunavut est en lice dans deux autres disciplines, soit la lutte et l’athlétisme aux relais 4 × 100 m et 4 x 400 m.

Jeff Seeteenak ajoute que sa délégation ressentait une grande fébrilité à l’idée de prendre part à des compétitions nationales. « Ils sont vraiment fiers d’être ici. Ils veulent montrer de quoi ils sont capables », ajoute-t-il.

« Tout est possible »

Au Nunavut, les athlètes se heurtent à des défis différents du sud du pays, dont des espaces limités pour s’entraîner, des saisons d’entraînement plus courtes et des équipes parfois réduites.

Pendant l’été, les joueurs ont passé plusieurs semaines d’entraînement à Halifax ainsi qu’à Vancouver, Kelowna et Kamloops, en Colombie-Britannique. Le Nunavummiut Ian McDonald reconnaît que plusieurs personnes se sont étonnées de voir des athlètes du Nunavut jouer au volleyball de plage.

De nombreuses personnes ont été très surprises parce que nous n’avons pas de plages où nous entraîner.Jeff Seeteenak, chef de mission de Team Nunavut

Bien que la ville d’Iqaluit dispose d’une plage, à Apex, il affirme que les conditions ne sont pas idéales pour des entraînements. « Nous avons essayé de jouer sur notre plage, mais c’était un peu dangereux parce que c’est une sorte de lieu de rassemblement pour les feux de camp », explique-t-il.

Il croit par ailleurs que la participation d’athlètes du Nunavut envoie un message inspirant aux jeunes du territoire qui aspirent à percer dans un sport. « Tout est possible. Allez-y tout droit et faites de votre mieux », conclut-il.

Les Jeux d’été du Canada battent leur plein jusqu’au 21 août.

Avec des informations de Paul Hunter, Sheena Goodyear et Sarah Krymalowski

Matisse Harvey, Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur l'Arctique canadien, visitez le site d'ICI Grand Nord.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.