Les autorités s’attendent à d’autres émeutes à la prison d’Iqaluit, au Nunavut

Share
L’une des cellules de l’unité Charlie, au Centre correctionnel de Baffin, pouvant loger jusqu’à six détenus. (Nick Murray/CBC)
Les conditions de vie au Centre correctionnel de Baffin, à Iqaluit (Nord du Canada), continuent de se dégrader, des émeutes difficiles à contrôler y ont lieu et d’autres saccages sont à prévoir. C’est ce que martèle le directeur des Services correctionnels du Nunavut, Jean-Pierre Deroy.

« Il en faut peu pour causer des dommages ici, constate Jean-Pierre Deroy, qui travaille depuis plus de 25 ans à la prison d’Iqaluit. Je pense que c’est le plus important problème; le fait que l’établissement ne soit pas assez sécuritaire. » Depuis les dernières années, le Centre correctionnel de Baffin est aux prises avec des problèmes de surpeuplement.

Une émeute la semaine dernière

Le 20 juin, 26 détenus ont déclenché une émeute en se barricadant dans l’unité Charlie, une section de l’établissement à sécurité moyenne. Plusieurs d’entre eux ont lancé des objets de métal et des projectiles par une fenêtre ouverte de l’établissement. L’administration a dû faire appel à plus d’une vingtaine de policiers de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) pour éviter des tentatives d’évasion.

La direction du Centre correctionnel n’a relevé aucun blessé, mais l’incident, qui a duré une partie de la nuit, a causé d’importants dommages matériels.

Le directeur des Services correctionnels du Nunavut, Jean-Pierre Deroy, constate l’ampleur des dégâts causés par l’émeute survenue le 20 juin. (Nick Murray/CBC)

Les émeutes sont courantes au Centre correctionnel de Baffin, qui en est à sa deuxième émeute en moins d’un an. En septembre dernier, un incident similaire avait causé des dégâts matériels, dont la valeur s’est élevée à environ 100 000 $.

Depuis l’émeute du 20 juin, la majorité des détenus ont été temporairement transférés dans un établissement carcéral de l’Ontario (province au sud du Nunavut).

Des détenus stigmatisés

D’autres problèmes sous-jacents découlent du surpeuplement de l’établissement. Selon Jean-Pierre Deroy, certains détenus sont victimes de harcèlement et d’intimidation lorsqu’ils manifestent leur intérêt à prendre part à des programmes de réhabilitation durant leur incarcération. La promiscuité dans laquelle vivent les détenus empêche certains d’entre eux de participer à ce type de programmes, par peur de représailles.

Share
CBC News

CBC News

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *