Nord-ouest du Canada : Le Yukon ouvre sa grille électrique aux producteurs indépendants d’énergie renouvelable

Share
Avec la nouvelle politique du territoire, l’énergie éolienne pourra faire son apparition dans certaines collectivités du Yukon. (Yvon Thériault/Radio-Canada)
Le Yukon (nord-ouest du Canada) a dévoilé sa politique sur la production indépendante d’électricité qui vise à s’éloigner de l’énergie fossile. Le gaz naturel, qui devait faire partie de la liste, a été retiré.

Ainsi, seuls les producteurs d’énergie éolienne, solaire, géothermique, de biomasse ou hydroélectrique sont admis, jusqu’à concurrence de deux mégawatts par projet.

« [Cette politique] vise les entrepreneurs et les sociétés de développement des Premières Nations. Il s’agit pour ces groupes d’avoir l’opportunité de produire de l’électricité. »

Ranj Pillai, ministre Énergie, Mines et Ressources
Le ministre d’Énergie, Mines et Ressources, Ranj Pillai, a admis que la politique pour la production indépendante d’électricité était attendue depuis longtemps. (Claudiane Samson/Radio-Canada)

La limite pour l’ensemble des producteurs d’énergie est de 20 000 mégawattheures par année soit environ 5 % du montant total d’énergie produite au territoire.

Ce sont les entreprises de services publics, Énergie Yukon et ATCO Yukon qui achèteront l’énergie à raison de 15,8 cents le kilowattheure avec une augmentation annuelle correspondant à la moitié de l’indice des prix à la consommation.

Les producteurs n’ont ainsi pas l’obligation de devenir eux-mêmes une entreprise de services publics soumise aux règles spécifiques de ce secteur.

La Première Nation de Kwanlin Dun en partenariat avec l’entreprise Northern Energy Capital envisage depuis un moment un parc éolien sur le site Haeckel Hill près de Whitehorse.

Le projet permettrait d’alimenter 700 maisons et ainsi soustraire l’utilisation de 500 000 litres de diesel à Whitehorse.

Cet édifice dont l’énergie provient en partie de panneaux solaires photovoltaïques abrite un laboratoire de recherche ainsi que les locaux de Parcs Canada à Old Crow, au Yukon. (Claudiane Samson/Radio-Canada)
Les collectivités isolées encouragées

Selon la politique, les communautés isolées peuvent produire de l’énergie et la vendre aux entreprises de services publics sans toutefois avoir à se limiter dans la quantité produite.

Par ailleurs, le prix d’achat sera établi en fonction de la quantité de combustible fossile substituée.

Deux projets pour cette catégorie de programme sont déjà sur la table, soit celui d’un parc solaire à Old Crow et celui d’un parc éolien à Burwash Landing, tous deux des projets relevants des Premières Nations locales.

Colin Asselstine de la société de développement de la Première Nation Kluane à Burwash Landing affirme que le projet permettra d’alimenter le tiers du village.

« Nous sommes ravis que ce projet puisse finalement aller de l’avant et nous souhaitons pouvoir en faire un exemple pour le Yukon, mais également pour le pays. »

Colin Asselstine, directeur général, Kluane Community Development Corp

La Première Nation a déjà installé des panneaux solaires et envisage d’ores et déjà d’autres projets d’énergie renouvelable en utilisant un entreposage d’énergie dans un système de batteries.

« Un bon début »

L’expert en énergie éolienne Jean-Paul Pinard croit que la politique est un pas dans la bonne direction, mais qu’il faudra faire beaucoup plus pour avoir un réel impact sur la dépendance aux combustibles fossiles.

« Ce qu’il faut faire c’est bâtir de plus gros parcs éoliens pour réduire le prix d’énergie éolienne, et ça, c’est faisable. Il y a de gros parcs éoliens dans le sud qui vendent leur électricité pour 5 à 10 cents le kilowattheure. »

Le territoire permet déjà la production de microénergie. 225 projets sont en place que ce soit de petites turbines hydroélectriques ou des panneaux solaires sur les toits de maisons.

Énergie Yukon partenaire
L’usine de conversion de gaz naturel de Énergie Yukon est située en bordure du centre-ville de Whitehorse, la capitale territoriale. (Mike Rudyk/Radio-Canada)

Le PDG de la société d’État productrice d’électricité, Andrew Hall, affirme que cette nouvelle politique faisait partie des plans d’Énergie Yukon.

« La politique de production indépendante d’électricité est particulièrement logique pour les collectivités qui ne sont pas branchées au réseau électrique parce que le coût de production électrique y est particulièrement élevé. »

Andrew Hall, PDG Énergie Yukon

« Mais même sur la grille, dit-il, la politique permet aux entrepreneurs et aux Premières Nations de participer à la production d’énergie et nous appuyons ces efforts. »

Les entreprises de services publics pourront par ailleurs faire appel aux producteurs indépendants si un jour le besoin de produire plus d’électricité se faisait sentir.

Share
Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *