Le Yukon Quest, de père en filles

Share
Louve (à gauche) et Lori Tweddell (à droite) sont les plus jeunes participantes du Yukon Quest 2019. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)
À 18 ans, Louve et Lori Tweddell prendront le départ de la course YQ300, la plus courte des courses du Yukon Quest 2019, le samedi 2 février, à Whitehorse, dans le nord-ouest du Canada.

Le stress augmente au fur et à mesure que les jours avancent pour les jeunes conductrices de traîneaux à chiens Louve et Lori Tweddell.

« Ça commence doucement, dit Lori. Je réalise qu’on va bientôt partir et je me demande si je me suis assez entraînée, si j’ai prévu assez de nourriture. »

« Une fois que je vais être partie, ça va être correct. »

Lori Tweddell, participante de la YQ300

Les plus jeunes participantes du Yukon Quest 2019, qui auront 18 ans à peine quelques jours avant le départ, ont passé ces dernières semaines à tout préparer pour la course dite de 300 miles (environ 480 km), la petite soeur de la fameuse épreuve de 1000 miles (environ 1600 km) qui se rend jusqu’en Alaska.

« On tourne toujours les projecteurs sur la 1000 miles, mais la 300, c’est aussi quelque chose! », souligne leur mère, Julie Dessureault.

Une histoire de famille

Filles de Luc Tweddell, un pilote d’attelage reconnu dans le monde des courses, les jumelles ont grandi entourées de leurs chiens.

« Je vais faire la course avec mes meilleurs amis. »

Louve Tweddell, participante à la YQ300

« En voyant notre père faire le Yukon Quest, on était tout le temps à se dire : je suis impatiente que ce soit notre tour! », dit Lori. « J’ai aussi hâte de voir comment il [leur père] va réagir! », ajoute Louve, en riant.

« Je m’attends à ce qu’il soit stressé, c’est sûr, mais ça me fait plaisir qu’on vive cette expérience d’être de l’autre côté, ensemble », poursuit leur mère.

La famille Tweddell. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)

Leur père le confirme : « Elles sont bonnes, je sais qu’elles sont bonnes, mais ça va quand même être un gros défi pour elles… Comme pour moi. »

« Je suis content de les aider et de les épauler. Elles l’ont fait tellement de fois pour moi. »

Luc Twedell, pilote d'attelage

Les soeurs Tweddell se sont préparées pour cette course tout en poursuivant brillamment leur 12e année scolaire. Une fois diplômées, elles souhaitent faire une pause d’un an dans leurs études pour se consacrer exclusivement à la préparation du Yukon Quest 2020, avec pour objectif la course de 1000 miles.

« La Quest 300 est notre qualification pour aller à la plus grande », rappelle Lori.

Les soeurs Tweddell font courir leurs chiens tous les jours pour les préparer à la course. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)
Parcours raccourci

La météo, trop douce ces dernières semaines, a cependant poussé les responsables du Yukon Quest 2019 à changer les routes des deux courses pour des raisons de sécurité, réduisant de 100 miles (160 km) la longueur de la YQ300.

Or, pour pouvoir participer à la YQ1000, tous les meneurs de chiens débutants doivent terminer au moins deux courses sanctionnées, de 300 et de 200 miles (500 miles, ou 800 km, minimum en tout).

« On va s’adapter avec les changements », dit Julie. « Mais si cette course n’est pas validée comme une 300 miles, cela nous laisse peu d’options pour en trouver une autre avant février de l’année prochaine. »

Share
Nelly Albérola, Radio-Canada

Nelly Albérola, Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *