Chronique – « Fermé pour rénovations » : Un archipel ferme ses sites touristiques pour une fin de semaine

Share
Le village de Gjogv, sur Esturoy, l’une des 18 îles qui compose l’archipel des Îles Féroé, le 15 septembre 2017. Les Îles Féroé, un territoire autonome faisant partie du royaume du Danemark, attirent les randonneurs et les passionnés de la nature. (Menahem Kahana/AFP/Getty Images)
Les Îles Féroé, un paisible archipel composé de villages, de montagnes et de paysages spectaculaires, ont pris les grands moyens pour assurer la pérennité de leurs sites touristiques, prisés des randonneurs et de passionnés de la nature.

L’archipel, territoire autonome faisant partie du royaume du Danemark situé entre la Norvège et l’Islande, a fermé pendant deux jours une dizaine de ses sites les plus fréquentés afin de procéder à des rénovations et à des améliorations.

En prévision de l’événement, qui se tenait à la fin du mois d’avril, les îles avaient lancé une campagne promotionnelle visant à recruter une centaine de touristes prêts à se retrousser les manches et à mettre la main à la pâte sans être rémunérés.

Plus de 3500 personnes ont soumis leur candidature en seulement quatre jours, affirme l’organisation chargée de la promotion du tourisme.

Les candidats, issus de 25 pays, étaient logés et nourris gratuitement en échange de leurs services.

Les travaux consistaient notamment à créer des sentiers pédestres, construire des points d’observation pour aider à préserver la faune ou planter des panneaux d’indications.

Des moutons près du village de Gasadalur, aux îles Féroé, le 6 juin 2018. (Pierre-Henry Deshayes/AFP/Getty Images)

Satisfaits de l’expérience, les organisateurs ont annoncé que l’exercice serait répété en avril prochain.

Avec une population de 50 000 habitants et 80 000 moutons, les Îles Féroé accueillent environ 110 000 visiteurs chaque année selon les organisateurs.

La question du tourisme dans les pays de l’Arctique devient de plus en plus importante. L’environnement de l’Islande subit déjà les conséquences du boom touristique, et le pays a été contraint de fermer l’un de ses sites fragilisés.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *