Un nouveau financement d’Ottawa pour réduire l’insécurité alimentaire dans le Nord canadien

Share
La ministre canadienne de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, Marie-Claude Bibeau, a présenté lundi le Fonds des initiatives pour les communautés nordiques isolées, qui a bénéficié d’un financement de 15 millions de dollars réparti sur cinq ans. (Andrew Vaugnhan/La Presse canadienne)
Le gouvernement canadien a annoncé une somme de 15 millions de dollars, répartie sur cinq ans, pour réduire l’insécurité alimentaire dans les régions nordiques du pays.

La ministre fédérale de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, Marie-Claude Bibeau, était de passage au Yukon, dans le nord-ouest du pays, pour présenter le Fonds des initiatives pour les communautés nordiques isolées, qui sera administré par l’Agence canadienne de développement économique du Nord (CanNor).

« Le Nord canadien voit émerger un certain nombre de systèmes alimentaires novateurs, dirigés à l’échelle communautaire », a indiqué la ministre dans un communiqué de presse, après son annonce qui avait lieu lundi près de Whitehorse, la capitale territoriale.

En finançant davantage des projets locaux, tels que des serres et des congélateurs communautaires, Ottawa espère réduire graduellement la dépendance des collectivités isolées à l’industrie alimentaire du sud du pays.

« Ces initiatives stimuleront la croissance économique, au moyen du secteur agricole, favoriseront une meilleure nutrition et amélioreront la sécurité alimentaire pour les habitants du Nord canadien », a souligné le ministre territorial du Développement économique, Ranj Pillai.

Comme certaines communautés nordiques ne sont accessibles que par avion, dont celle d’Old Crow, dans le nord du Yukon, elles doivent compter sur ce mode de transport pour leur approvisionnement en denrées alimentaires. Mais le coût élevé des aliments est un autre fléau qui limite la capacité de nombreux ménages à subvenir adéquatement à leurs besoins.

Au Nunavut, les denrées sont acheminées par avion dans les collectivités pendant la majeure partie de l’année. (Claudiane Samson/Radio-Canada)

Les populations inuit sont parmi les plus touchées au pays par l’insécurité alimentaire. Le Nunavik, dans le Nord québécois, et le territoire du Nunavut arrivent d’ailleurs en tête des régions inuit où la prévalence de l’insécurité alimentaire est la plus élevée. En 2012, plus d’un Inuit sur deux avait déjà vécu une situation d’insécurité alimentaire, selon Statistique Canada. La moyenne nationale était de 13 % la même année.

Annoncé dans le budget de 2019, le nouveau fonds fédéral fait partie de la récente Politique alimentaire pour le Canada, le premier plan alimentaire pancanadien censé réduire le gaspillage alimentaire, aider les collectivités canadiennes à se procurer des aliments sains, faire des aliments canadiens le premier choix au pays et à l’étranger et soutenir la sécurité alimentaire dans les collectivités autochtones et du Nord.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *