Glaces de mer : Un congrès réunit des centaines d’experts au Canada

Share
La glace de mer joue un rôle extrêmement important dans le climat mondial, les écosystèmes marins polaires et les ressources biologiques. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)
Environ 350 chercheurs et spécialistes sont présents à Winnipeg, dans la province canadienne du Manitoba, jusqu’au 23 août pour le plus grand symposium mondial sur la glace de mer. Organisé par la Société internationale de glaciologie, celui-ci permet de faire le point sur la situation des glaces de mer dans le monde et de suggérer des solutions pour leur protection.

La glace de mer, ou banquise, est la couche de glace qui se forme à la surface de la mer, des lacs ou des rivières. Elle est différente des calottes glaciaires et des inlandsis, qui sont constitués quant à eux de glace continentale, c’est-à-dire de précipitations neigeuses accumulées et tassées.

Selon Jean-Louis Tison, glaciologue à l’Université de Bruxelles, en Belgique, la glace de mer est très importante pour la planète.

« Son extension sur l’ensemble du globe terrestre est équivalente à celle du désert qui est le plus grand écosystème à la surface de la Terre », dit-il.

Il explique que la glace de mer joue un rôle extrêmement important dans le climat mondial, les écosystèmes marins polaires et les ressources biologiques.

« Elle permet de renvoyer l’énergie qui vient du soleil vers l’espace, dit M.Tison. […] Si cette énergie est absorbée par l’océan, elle réchauffera encore plus l’atmosphère et augmentera la température à la surface de la Terre. »

Il précise également que la glace de mer constitue un abri pour de nombreux organismes qui sont fondamentaux pour l’Arctique.

Une dégradation qui interpelle

M. Tison affirme que le rétrécissement de la glace de mer à travers le monde au cours des 10 dernières années est inquiétant.

« Nous avons vu cet été de grandes masses d’air chaudes qui pénètrent jusqu’à très au nord dans l’Arctique et provoquent des fontes et le retrait de la banquise. […] Tous ces événements de plus en plus récurrents devraient interpeller les uns et les autres », dit M. Tison.

Le glaciologue pense que la réduction de la consommation des combustibles fossiles par les individus et les entreprises permettra de faire des changements. Ces énergies produisent en effet des gaz à effet de serre qui sont responsables du réchauffement climatique.

M. Tison précise que, à la fin du symposium, les gouvernements auront droit à des suggestions de solutions concrètes pour lutter contre la fonte des glaces.

La ville de Winnipeg a été choisie pour la conférence en raison de son positionnement mondial. « Winnipeg est un centre reconnu mondialement au niveau de l’étude de l’Arctique et, notamment, du fonctionnement de la banquise arctique », mentionne M. Tison.

Share
Laïssa Pamou, Radio-Canada

Laïssa Pamou, Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *