Tragédies au Nunavik : Des jeunes partagent leur histoire lors d’un forum jeunesse dans le sud du Québec

Share
(De gauche à droite) Nigel Adams, Aibillie Idlout, Leena Yeates et Victoria Tarqiapik ont représenté le Nunavik lors du 3e Forum de Bishop à Sherbrooke. (Spencer Van Dyk/Radio-Canada)
Quatre jeunes du Nunavik, la région inuit du Nord québécois, ont profité d’un forum jeunesse à Sherbrooke pour partager leurs expériences et lancer un appel à l’aide, notamment en ce qui concerne les nombreux suicides survenus dans leurs communautés dans les dernières années.

Victoria Tarqiapik avait 15 ans et 16 ans lorsque deux personnes qui figuraient parmi ses meilleurs amis se sont enlevé la vie, à deux mois d’intervalle.

« Ma communauté a besoin d’aide et quelqu’un devait le dire », a expliqué la jeune femme de Kuujjuaq maintenant âgée de 24 ans.

Elle a partagé son histoire lors du 3e forum de Bishop, une rencontre de leadership civique qui réunissait une cinquantaine de jeunes d’expression anglaise du Québec.

Elle était accompagnée de trois autres jeunes du Nunavik, dont Nigel Adams, qui a perdu son frère Robert, poignardé à mort en mars 2018, à l’âge de 19 ans, dans le village de Kangiqsujuaq.

« Je ne veux pas qu’il y ait une autre tragédie qui concerne un de mes pairs inuit », a affirmé le jeune homme de 26 ans.

« Je veux insuffler de l’espoir chez les gens. Nous sommes souvent prisonniers de nos propres pensées, de nos propres émotions. »

Nigel Adams

L’atelier animé par le petit groupe n’était initialement pas prévu au programme, mais les autres participants voulaient en savoir davantage sur la vie dans le nord de la province, ce qui a amené les organisateurs à lui faire une place.

Nigel Adams a commencé l’atelier impromptu avec une prière avant que Victoria Tarqiapik n’entame un chant de gorge, un talent qu’elle a développé avec des amis dans l’agora de son école secondaire.

Les 50 jeunes délégués du forum se sont par la suite assis en cercle pour écouter l’histoire des quatre jeunes, qui ont tous perdu des amis ou des membres de leur famille avant d’atteindre la majorité.

Des services mal adaptés

Plus de 120 suicides ont eu lieu dans les communautés du Nunavik depuis 2010, selon des données obtenues par CBC.

Victoria Tarqiapik souffre toujours de dépression et du syndrome de stress post-traumatique en raison des suicides de ses proches. Elle a pris une pause de l’école en raison de ses problèmes de santé mentale.

« Pendant longtemps, j’ai dû composer avec ça sans vraiment avoir d’aide », a souligné la jeune femme qui travaille maintenant dans une mine.

Elle voudrait que les psychologues et d’autres professionnels fassent des rotations toutes les deux semaines dans sa région plutôt que de travailler trois mois et de prendre un mois de congé. Leurs horaires seraient ainsi mieux adaptés aux quarts de travail des employés de la mine et les psychologues seraient moins à risque d’épuisement professionnel.

« Les services en santé mentale que nous avons dans le nord sont comme un pansement sur une blessure qui nécessiterait une injection. »

Victoria Tarqiapik
L’atelier s’est terminé par un câlin collectif. (Spencer Van Dyk/Radio-Canada)

« Les autres jeunes ont dit qu’ils avaient appris beaucoup de choses qu’ils n’ont pas apprises à l’école », a indiqué Victoria Tarqiapik après l’atelier.

Nigel Adams, qui participait au forum pour la deuxième année de suite, ne s’attendait pas à recevoir autant de soutien de la part des autres participants.

« Si n’était pas du Forum de Bishop, je ne serais pas la personne que je suis aujourd’hui », a-t-il dit.

Quant à elle, Victoria Tarqiapik a affirmé qu’elle reviendrait au forum l’an prochain. Cette expérience l’a motivée à continuer à se mobiliser pour de meilleurs services en santé mentale dans les communautés du nord du Québec.

D’après les informations de Spencer Van Dyk, de CBC News

Share
Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *