Huit mines abandonnées du nord-ouest du Canada seront décontaminées

Share
L’ancienne mine Giant, dans le nord-ouest du Canada, est l’une des huit mines des Territoires du Nord-Ouest et du Yukon qui sont touchées par le projet d’assainissement du gouvernement fédéral. Ces mines présentent aujourd’hui plusieurs risques environnementaux. (Priscilla Hwang/CBC)
Au cours des quinze prochaines années, le gouvernement du Canada a annoncé qu’il décontaminerait huit mines désaffectées qui présentent d’importants risques environnementaux au Yukon et aux Territoires du Nord-Ouest.

La ministre fédérale des Relations Couronne-Autochtones, Carolyn Bennett, était de passage lundi à Yellowknife, la capitale des Territoires du Nord-Ouest, pour annoncer quelles seront les mines visées par le Programme de remise en état des mines abandonnées du Nord.

Dans son budget de 2019, Ottawa avait annoncé un financement de 2,2 milliards de dollars sur 15 ans, alloué à partir de l’année financière de 2020-2021, pour créer ce nouveau programme qui touche notamment d’anciennes mines d’or, d’argent et de tungstène.

Au Yukon, le projet d’assainissement touchera les mines Faro, Ketza River, Mount Nansen, United Keno Hill et Clinton Creek. Trois sites seront touchés aux Territoires du Nord-Ouest, soit les mines Cantung et Giant ainsi que celles du Grand lac de l’Ours.

Le Programme de remise en état des mines abandonnées du Nord touche cinq mines désaffectées du Yukon et trois autres aux Territoires du Nord-Ouest. (Services géomatiques, août 2019/Relations Couronne-Autochtones et Affaires du Nord Canada)

Selon le gouvernement fédéral, les travaux d’assainissement doivent s’étendre sur une période de 15 ans et seront effectués en collaboration avec les gouvernements territoriaux et autochtones.

« Les communautés autochtones et nordiques doivent être en mesure de participer véritablement à l’investissement du Canada dans l’assainissement des sites contaminés du Nord et d’en tirer profit », a indiqué la ministre fédérale des Relations Couronne-Autochtones, Carolyn Bennett, par voie de communiqué.

Le processus de décontamination a déjà été mis en marche, notamment à la mine Faro, un site de 25 km2 exploité jusqu’en 1998 pour ses réserves de plomb et de zinc. Ottawa estime à environ 390 millions de tonnes les résidus et les déchets de roche produits durant l’exploitation de la mine. Les métaux lourds contenus dans ces déchets sont aujourd’hui susceptibles de contaminer les eaux et les terrains qui l’entourent.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *