Le plan d’aménagement du bassin de la rivière Peel, au Yukon, sera signé jeudi

Share
La rivière Hart fait partie des six rivières qui alimentent le bassin hydrographique de la rivière Peel, une région de 68 000 kilomètres carrés. (Juri Peepre)
Jeudi à Mayo, au Yukon, le gouvernement territorial et quatre Premières Nations entérineront le plan final d’aménagement du bassin versant de la rivière Peel, mettant fin à 15 ans de travaux et de consultations marqués par un recours judiciaire.

Au coeur du vecteur politique devenu emblème des relations entre le territoire et les Premières Nations s’étendent 68 000 kilomètres carrés de nature sauvage prisés des amateurs de plein air et dans la ligne de mire des intérêts miniers.

Pour David Loeks, président de la Commission d’aménagement du territoire pendant plus de cinq ans, cette signature est un soulagement.

« Je suis enchanté de voir la manière avec laquelle tout s’est réglé. De voir les intérêts des Yukonnais et des Premières Nations dans ce plan triompher est formidable et de voir cet héritage dans cet immense territoire protégé est aussi merveilleux. »

David Loeks, ex-président de la Commission d'aménagement du bassin de la rivière Peel

La Commission d’aménagement du bassin de la rivière Peel est créée en 2004 selon les prévisions des ententes de revendications territoriales autochtones.

Le plan final déposé en 2011 suggère la protection de 80 % du territoire. Le gouvernement de l’époque s’y oppose et propose plutôt une protection de 30 %.

Des manifestations pour protéger le bassin de la rivière Peel ont été tenues de façon régulière devant l’assemblée législative et le palais de justice au fil des ans. (Philippe Morin/Radio-Canada)

La situation mène à de nombreuses manifestations citoyennes, entre autres, à l’Assemblée législative. Kate White a passé sa carrière politique avec le bassin de la rivière Peel en arrière-plan.

« Le premier jour de la session, il y avait des centaines de personnes devant l’assemblée qui jouaient des instruments, qui chantaient, qui faisaient du bruit. Chaque jour [dans la Chambre] entre 2011 et 2016, il y avait des gens qui portaient des chandails [avec l’inscription] Protect the Peel, Protect the plan, Protect democracy. »

Kate White, chef néo-démocrate

La crise mènera à une poursuite judiciaire intentée par quatre Premières Nations et deux groupes environnementaux jusqu’en Cour suprême du Canada. Celle-ci confirmera la position des plaignants, à savoir que le gouvernement a manqué à ses obligations en vertu des ententes de revendications territoriales.

Enjeu électoral de trois campagnes, les libéraux remportent les élections de 2016 avec la promesse de ratifier le plan.

David Loeks croit que ce chapitre de l’histoire du territoire aura été somme toute positif.

« Ce qui a été testé et démontré est l’importance de l’Accord-cadre définitif. Cet accord représente l’équivalent d’une constitution pour le Yukon. Et je crois que les gouvernements et les citoyens prendront désormais très sérieusement l’Accord. »

David Loeks, ex-président de la Commission d'aménagement du bassin de la rivière Peel

Les cérémonies de signature sont prévues à Mayo en après-midi avec les représentants du territoire et des Premières Nations Na-Cho Nyäk Dun, Tr’ondëk Hwëch’in et Vuntut Gwitchin du Yukon. Le conseil de bande Gwich’in des Territoires du Nord-Ouest y sera également.

Les détails du plan final d’aménagement y seront alors rendus publics.

Share
Claudiane Samson, Radio-Canada

Claudiane Samson, Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *