Le territoire canadien du Nunavut veut aussi son école polytechnique

Le Collège de l’Arctique du Nunavut (CAN) le samedi 25 avril 2015 à Iqaluit, au Nunavut. Le CAN compte se transformer en polytechnique et devenir un chef de file international en culture et savoir inuits. (Paul Chiasson/The Canadian Press)
Le Collège de l’Arctique du Nunavut compte devenir un chef de file international en culture et savoir inuits.

Le Collège de l’Arctique du Nunavut (CAN) a lancé la semaine dernière une consultation afin de développer son plan stratégique décennal. Le CAN compte se transformer en polytechnique et devenir un chef de file international en culture et savoir inuits.

Les stratégies pour y parvenir sont de travailler avec des Aînés pour respecter la culture et la langue, et de former des partenariats avec des institutions postsecondaires et des organisations inuites.

Afin de faciliter la rétention des étudiants et étudiantes au Nunavut, l’établissement veut offrir différents services comme des garderies, du logement, et développer des liens avec des entreprises, notamment pour le mentorat.

Une fondation doit être mise sur pied, qu’on souhaite appuyée par le milieu des affaires et les établissements. Le CAN possède actuellement cinq campus sur le territoire du Nunavut, ainsi qu’un institut de recherche.

Des élèves montent à bord d’un autobus scolaire à l’école primaire Nakasuk d’Iqaluit, au Nunavut, le 30 mars 2009. De nouvelles opportunités pourraient apparaître pour ces enfants si une polytechnique venait à se développer au Nunavut. (Nathan Denette/The Canadian Press)
Partenariat intensif

Le 8 novembre dernier, le CAN officialisait avec l’Université Memorial de Terre-Neuve (UMTN) un partenariat extrêmement exhaustif, qui couvre lui aussi 10 ans.

L’entente touche la quasi-totalité des facettes opérationnelles des établissements, du registraire aux programmes d’études en passant par les finances, les technologies de l’information, l’administration et la recherche nordique.

Les partenaires travaillent déjà à la création de baccalauréats en travail social et en sciences environnementales, qui seraient offerts au CAN.

Memorial pourra aider son partenaire à mettre au point son modèle et ses thématiques de recherche, mais aussi à explorer les possibilités de financement auprès des organismes subventionnaires nationaux.

Par le biais du Labrador, Terre-Neuve a en commun avec le Nunavut une population inuite et plusieurs programmes de l’UMTN s’adressent à celle-ci.

« Nous avons au Labrador un baccalauréat en formation des enseignants avec un lot étonnant de connaissances, de culture et de langues autochtones », souligne le vice-président associé de l’UMTN, Robert Shea.

L’UMTN a par ailleurs conçu un baccalauréat en éducation inuite pour le CAN.

Ce trait en commun, avance M. Shea, a joué en faveur de l’UMTN, qui a été préféré à 11 autres établissements lors du processus de sélection d’un partenaire.

« En travaillant ensemble, nous pouvons offrir aux Nunavummiuts la meilleure éducation possible et assurer la réussite continue de nos élèves qui participeront à l’économie croissante du territoire et prospéreront », a déclaré le ministre responsable du Collège de l’Arctique du Nunavut, Patterk Netser.

Denis Lord, L'Aquilon

Pour d’autres nouvelles sur le Nord du Canada, visitez le site de L’Aquilon.

Une réflexion sur “Le territoire canadien du Nunavut veut aussi son école polytechnique

  • vendredi 29 novembre 2019 à 20:11
    Permalien

    As the former Director of the Social Work program at (what was then) Arctic College, I am delighted to hear this news, and hope that the development of the College into a polytechnic will lead to strengthened programs as degrees are offered. After leaving the college to run the Social Services program for Iqaluit, I pioneered the first collaboration with Memorial University’s Social Work program, and I am so happy to see this historic connection carried forward, 25 years later. Onward!

    Répondre
Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.